Aller au contenu principal

Viande bovine : à Ste-Marie d’Attez (27), la contractualisation offre de la visibilité.

Séance signatures le jour de la fête de la musique au Gaec du Haut-Matry à Ste-Marie d’Attez. John Auffret et Yann Quilgars, à la tête d’un troupeau d’une centaine de Blondes d’Aquitaine plus quelques Parthenaises, ont contractualisé avec leur premier acheteur. A leurs côtés, ELVEA OP France, Agromousquetaires et Intermarché ont paraphé un accord cadre.

Quand tous les acteurs s’accordent, le bonheur est presque dans le pré.
Quand tous les acteurs s’accordent, le bonheur est presque dans le pré.
© TG

Pour la fête de la musique, la filière bovine a joué une partition quasi parfaite. La contractualisation, pourtant inscrite dans le marbre de la loi, peine au démarrage. Mardi dernier au Gaec du Haut-Mary dans l’Eure, elle a retrouvé du souffle. Eleveurs (John Auffret et Yann Quigars), le Groupement les Mousquetaires, SVA Jean-Rozé, Intermarché et ELVEA OP France ont paraphé sans fausse note un engagement de 3 ans basé sur un volume et un prix qui tient compte de la hausse des coûts de production.

 

UNE BETE PAR SEMAINE

« Pour nous, c’est une bête qui part par semaine avec un prix garanti. C’est une mécanique bien huilée, se réjouit John Auffret avant de commenter, la défense de nos produits, Yves l’a bien compris », (Ndrl : Yves Audo chef d’entreprise Intermarché en charge de la direction des relations agricoles institutionnelles Les Mousquetaires).

Dans ce billard à plusieurs bandes, le circuit court est de règle. Les animaux du Gaec (vaches de réforme et génisses) sont commercialisés à l’Intermarché de Verneuil-sur-Avre ; « Avoir des débouchés pérennes est également un gage de développement », insistent John Auffret et Yann Quilgars.

« Nous sommes fiers d’officialiser cette démarche de contractualisation engagée il y a 4 ans avec le réseau ELVEA France. Elle illustre la qualité des liens que nous pouvons développer dans la durée avec le monde agricole en mettant en relation, dans une même région, les chefs d’entreprise Intermarché avec les éleveurs adhérents ELVEA OP afin de faciliter leur collaboration, se réjouit Yves Audo. Aujourd’hui, près de 300 points de vente sont engagés dans la démarche «Un éleveur près de chez vous» permettant la valorisation en 4 ans de plus de 15 000 animaux ».

 

STOP DECAPITALISATION

« Depuis les débuts de notre collaboration avec Les Mousquetaires, nous construisons ensemble l’avenir de la filière et revalorisons travail et le savoir-faire de nos éleveurs, rebondit Philippe Auger, président d’ELVEA OP. Nos adhérents ont parfaitement conscience des enjeux de transition que nous allons devoir opérer. Tous respectent les démarches de progrès impulsées par la filière avec notamment la réduction de l’utilisation des antibiotiques ou encore l’application du référentiel Boviwell. Si nous voulons enrayer la décapitalisation du cheptel bovin français et continuer à assurer notre souveraineté alimentaire, il est primordial d’accompagner les exploitations dans ces transitions. Les signatures de contrats-cadres permettent aux éleveurs de se projeter, de sécuriser leurs débouchés, de pouvoir rassurer les banquiers et donc d’investir. En définitive, c’est créer un cercle vertueux ». Un grand cercle même. ELVEA France fédère 31 associations d’éleveurs agréés OP de mise en marché sans transfert de propriété soit plus de 900 acheteurs (commerçants et abatteurs), 18 000 éleveurs associés sur 74 départements, 20 % du cheptel national allaitant... En face, 1 850 magasins Intermarché dont 300 sont déjà inscrits dans la démarche. « Un éleveur près de chez vous » a déjà permis la valorisation de plus de 15 000 animaux en 4 ans. Reste le prix, « au-dessus du marché », se réjouit-on côté éleveur. Un prix qui tient compte à 70 % du coût de production.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole