Aller au contenu principal

Quand céréaliculture et aviculture font bon ménage.

Quand Alain Delalonde s'est installé en 2011 à Juignettes (27) avec ses parents (Bruno et Nelly), la surface céréalière n'était pas suffisante. Il s'est alors lancé dans la volaille de chair. Plus de 10 ans plus tard, toute la famille vante les mérites d'une double activité complémentaire. En amont et aval de la filière, on cherche de nouveaux producteurs.

La France compte un total de 14 000 élevages de volailles. Ancrée au coeur des territoires, la filière emploie environ 100 000 professionnels, dont environ 34 000 dans les élevages eux-mêmes. On estime qu'un seul élevage génère environ 3 emplois locaux et un total d'environ 8 emplois en France.
La France compte un total de 14 000 élevages de volailles. Ancrée au coeur des territoires, la filière emploie environ 100 000 professionnels, dont environ 34 000 dans les élevages eux-mêmes. On estime qu'un seul élevage génère environ 3 emplois locaux et un total d'environ 8 emplois en France.
© TG

« Faire de la volaille chez nous, ce n'est pas une diversification, mais une complémentarité avec notre activité céréales. » Autour du café et après une moisson et une récolte de lin compliquées, Bruno Delalonde et son fils, Alain, soufflent un peu. « C'est une rentrée régulière de trésorerie, un peu comme la paie de lait, qui permet d'amortir le choc en cas de gamelle dans la plaine », apprécie Bruno qui, jadis, était à la tête d'un atelier lait de 200 vaches.

 

UN PREMIER BATIMENT PUIS DEUX

La bonne aventure démarre en 2011. Alain souhaite s'installer après avoir tâté « de la chèvre, des vaches laitières, du porc, mais pas de volaille » au cours de son cursus scolaire. Mais l'exploitation familiale, que gèrent Bruno et Nelly et dont le siège est à Juignettes (27), n'est pas suffisamment grande pour l'accueillir. « Cela faisait 20 ans que je voulais monter un poulailler, c'est plus souple que les vaches laitières », se souvient Bruno. La fibre paternelle va se transmettre au fils. Alain lui emboîte le pas et relève le défi. Un premier bâtiment de 1 350 m2 sort de terre en 2011. Un second de 2 000 m2 6 ans plus tard avec un changement de partenaire entre les deux.

700 000 EUR d'investissement au total, mais un coût maîtrisé grâce à un terrain plat et une alimentation électrique déjà présente. Un outil au top aussi de la technique avec station d'alimentation et terrasse intérieure. Au quotidien, les deux bâtiments représentent « 3/4 d'heure de travail, tout est automatisé. Le gros du boulot, c'est au moment du vide sanitaire avec une semaine de nettoyage pour l'ensemble. » Il y a aussi le ramassage, un peu chronophage, et qui se fait en équipe. Reste encore une présence plus vigilante à la mise en place des lots, peu de droits à l'erreur dans ce domaine.

 

3/4 D'HEURE PAR JOUR

A Juignettes, le nerf de la guerre, c'est l'organisation du travail. Tout a été pensé pour que les pointes de travail, volaille et céréale, ne se télescopent pas. Un lot de dindes (19 semaines) et 7,5 lots de poulets (35 jours maximum) s'enchainent au cours de l'année. Le choix de la dinde en juillet, même si elle représente plus de travail que le poulet en termes de nettoyage, c'est pour disposer de plus de temps de la moisson jusqu'aux semis.

Certes, Alain n'est pas complètement maitre du temps. Le planning est établi par Huttepain Aliments (son fournisseur) en fonction des besoins de LDC (l'abatteur), un des leaders européens de la volaille (7 500 éleveurs dont 6 200 en France et 93 sites de production). On est en plein coeur de l'intégration, mais, pour Bruno et Alain, ce n'est pas un gros mot. « Nous n'avons aucune avance de trésorerie à réaliser, jamais une ouverture de crédit... Nous sommes rémunérés par rapport à notre travail. Si on gère bien et que l'on est bon techniquement, on gagne notre vie... » Seule ombre au tableau, « le prix de l'énergie qui commence à piquer un peu », mais les équilibres économiques se négocient au cas par cas entre les différents partenaires pour une contractualisation résiliente. In fine, « oui » à l'intégration et « oui » à l'interaction. Si l'activité volaille a permis l'installation d'un jeune tout en lui laissant du temps pour vaquer à d'autres occupations, elle est aussi agronomiquement pertinente.

 

DE L'INTEGRATION A L'INTERACTION

Elle permet de valoriser en fumier 160 t de paille par an en alimentant une unité de méthanisation collective située à une dizaine de kilomètres. Le digestat permet de s'affranchir des mauvaises odeurs au moment de l'épandage et de « limiter les intrants. En fumure de fond, nous sommes désormais autonomes », se félicite Bruno.

Dans ce cercle vertueux, il reste des places et des trains à prendre. « La France dispose d'une très belle filière. Les abattoirs ont fait d'énormes investissements ces dernières années et le marché est porteur, surtout en premier prix », insiste Philippe Lapie, en charge du développement de nouveaux ateliers au sein de Huttepain Aliments. L'enjeu à court terme est de satisfaire les besoins des outils d'abattage et de découpe en créant de nouveaux ateliers de production (poulet, dinde, pintade) tout en essayant, à minima, d'assurer le renouvellement des générations quand cela est possible. L'objectif de 50 000 à 60 000 m2 est parfois évoqué. « Pour lancer un projet comme celui des Delalonde, c'est 3 ans de réflexion et de délais administratifs », insiste Philippe Lapie. Le profil « céréalier » lui plaît bien. « Quelqu'un de carré avec ses cultures le sera également en productions animales. »  Une rentrée d'argent régulière et l'assurance d'être payé dans le cadre d'un système d'exploitation plus résilient qui s'amortit sur un peu plus de 10 ans, voilà de quoi séduire. Mais Philppe Lapie de préciser encore « ça ne peut pas relever une exploitation qui va droit dans le mur ». Et même pour une structure économiquement droite dans ses bottes, l'aboutissement d'un tel projet ne constitue pas un long fleuve tranquille. Le bio ou le label rouge ferraillent déjà à s'implanter alors le standard... Le citoyen n'en veut pas au pied de sa porte, mais le consommateur le réclame dans son assiette. On n'est pas à une contradiction près. Dans cette partie de billard à trois, c'est au politique de monter au créneau. Tout projet répondant à la législation en vigueur doit aboutir dans des délais raisonnables. Les « contres » ou « antis » ont le droit de s'exprimer et d'argumenter, mais il faut savoir siffler la fin d'une partie. Partie de poker menteur parfois !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole