Aller au contenu principal

Zones non traitées, sujet d'une rencontre avec Natup.

Natup propose des pistes de réflexion pour transformer les zones de non-traitement en solutions durables.

Cette année, Natup a organisé ses traditionnelles rencontres Agro en live. Le 19 juin dernier, la coopérative a proposé à ses adhérents de partager sur le sujet des zones de non-traitement (ZNT). Maxime Jouannin a rappelé la règlementation qui a évolué en début d’année. La limitation de la pulvérisation s’applique à partir des limites des propriétés, habitations et zones accueillant des personnes vulnérables. Les distances de cette réglementation sont de 20 mètres pour les produits les plus dangereux (perturbateurs endocriniens et produits cancérigènes), 5 mètres pour les cultures (à 3 mètres siutilisation de buses antidérive et validation d’une charte départementale des riverains par la préfecture), 10 mètres pour l’arboriculture. Certaines exploitations vont être très impactées, il s’agit pour la coopérative d’apporter des solutions rentables, a précisé le responsable génétique Corentin Despréaux : « plusieurs pistes sont étudiées, mais nous avons besoin de temps pour avancer dans ces domaines. »

 

IMPACT SOCIÉTAL ET ENVIRONNEMENTAL DE LA JACHÈRE MELLIFÈRE

La piste dite opérationnelle envisage des ZNT qui seraient productives. L’affouragement pourrait ainsi être envisagé sur une petite largeur. Cette optionsera évidemment liée au matériel disponible. La bande pourrait même finalement être élargie pour l’adapter aux besoins de l’élevage. « Sur 5 mètres, une solution fourrage simple avec des espèces à implantation rapide peut être envisagée pour une production annuelle. C’est le plus simple et le plus rapide. Mais il peut être réfléchi des mélanges plus complexes pour une implantation plus longue ». Implantée en herbe, la zone non traitée peut être déclarée en gel classique. Une solution plus intéressante pour la biodiversité et la constitution d’un réservoir d’auxiliaires des cultures serait l’implantation d’une jachère mellifère qui pourrait permettre également de remplir les exigences en matière de SIE. Un hectare de jachère mellifère représente 1,5 hectares de SIE. La conduite radicale, quant à elle, pourrait consister à semer et à adapter la conduite sur la ZNT en coupant les rampes. Dans ce cas, il faut faire attention au développement des adventices, de foyers d’insectes nuisibles et de maladies sur la zone. Il sera dans ce cas intéressant de bien choisir ses variétés en matière de tolérance et de semer plus dense.

Une autre solution est la conversion biologique qui est effectivement très radicale. Mais il y a aussi la possibilité de changer la vocation de la parcelle concernée qui pourrait être dédiée aux fourrages ou à des cultures sarclées qui peuvent être nettoyées mécaniquement. Avec un débouché et une bonne gestion, certains pourront réfléchir aux cultures à vocation énergétique (méthanisation,miscanthus…).

En ce qui concerne les pistes plus créatives, la ZNT peut devenir une zone de production de biomasse pour les chaudières. Elle peut accueillir des productions de niche telles que, par exemple, la production de plantes pour les huiles essentielles. Revenons aussi sur les jachères mellifères. Une étude de l’Inrae a mis en avant que d’avoir une bande mellifère et des ruches permet d’augmenter de 25 % le rendement des cultures autour de la zone.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Jean Puech d'Alissac.
"JA 76 aura le plaisir d'accueillir les Terres de Jim en 2025

JA 76 a remporté il y a quelques semaines l'organisation des Terres de Jim 2025. Jean Puech revient sur la candidature du…

Témoignage de Christophe Gachet, Heizomat, sur les spécificités des chaudières polycombustibles, capable d'accueillir du miscanthus.
Miscanthus : une solution pour les agriculteurs et les collectivités ?
Utiliser directement une production locale de miscanthus pour chauffer des équipements communaux, c'est possible ! Le 29…
Six installations plutôt qu’un (des) agrandissement(s).

Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d’une opération foncière inédite…

La section en plein débat.
Section lait FNSEA 27.
Le 22 mars, Benoit Gavelle réunissait les producteurs de lait. Acquis syndicaux, conjoncture, prix du lait en débat. 
Mathieu Poirier et Béatrice Hoogterp (à droite) de l'antenne de Bernay de la Chambre d'agriculture ont animé les débats.
Les GDFA phosphorent pour une agriculture ambitieuse.
Pour la première fois, les 3 GDFA (Groupes de Développement Féminins Agricoles) de l'Eure (Avre & Iton, Pays d'Ouche et…
Terre de Lin accueille le président Morin.

Hervé Morin a découvert les nombreux domaines d’activité de la coopérative Terre de Lin et sa volonté de soutenir la filière…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole