Aller au contenu principal

« Valoriser les qualités de la race »

Le syndicat limousin de Haute-Normandie étoffe l’offre à ses adhérents et entend affirmer les qualités de la race lors des comices régionaux de 2019.

Les adhérents du syndicat limousin de Haute-Normandie se sont réunis le 25 janvier dernier à Radepont.
Les adhérents du syndicat limousin de Haute-Normandie se sont réunis le 25 janvier dernier à Radepont.
© C.B.

Pour leur assemblée générale, les membres du syndicat limousin de Haute Normandie s’étaient donnés rendez-vous au château de Bonnemare à Radepont. Le lieu, propriété de M. Vandecandelaere, membre fondateur du syndicat est atypique pour un tel rendez-vous. Ses murs chargés d’histoire possèdent cette magie qui dépayse, propice aux retrouvailles et aux échanges. Pour les éleveurs, l’actualité reste marquée par les campagnes de dénigrement de la viande. « Nous devons revenir aux fondamentaux de la race en valorisant ses qualités » a ainsi plaidé Anthony Grisel, président du syndicat. Pour l’éleveur de Boos (76), il faut « promouvoir la race limousine auprès du grand public et leur expliquer notre façon de travailler » Le président a ainsi invité ses adhérents à exposer leurs animaux aux deux temps forts régionaux de l’année : le Forum des races à viande de Forges (8 avril 2019) et le comice des Andelys (Champs en fête à Bouafles, les 22-23 juin 2019). Les deux manifestations accueillent chacune autour de 5000 visiteurs. « Si vous avez des reproducteurs à vendre c’est à Forges qu’il faut être » a-t-il rappelé.

OFFRE GÉNÉTIQUE

Anthony Grisel est également revenu sur la nouvelle offre génétique proposée par le syndicat : achat de doses en commun et incitation à l’achat de reproducteurs inscrits. Pour l’achat d’un taureau inscrit au Herd-book en France, le syndicat offre un chèque de 75 euros à ses adhérents. Pour l’achat d’un animal inscrit Herd-book dans l’Eure ou la Seine-Maritime, cette aide passe à 150 euros. « Cela permet de payer les actes sanitaires sur le taureau, ce qui n’est pas négligeable » notait M. Grisel. Rémi Carpentier, président de l’association Normandie Maine, a fait le point sur la filière Blason Prestige – Label rouge, notant un grand nombre de bêtes proposées, une liste d’attente qui s’allonge à 2 mois et un cahier des charges qui se durcit. Plus problématique, la mise en place d’une limite de poids de carcasse à 470 kg a alimenté un débat entre éleveurs et vendeurs de viande. « Les carcasses deviennent de plus en plus lourdes. Quand on est dans les R et qu’on a une bête de plus de 500 kg, les bêtes ne sont pas valorisables » a déploré Rémi Carpentier, pointant la baisse du pouvoir d’achat.« L’artisan boucher veut des carcasses qui fassent 400-430 kg. Il peut ainsi proposer un bifteck pour deux personnes à un prix accessible »a expliqué Didier Carpentier, de la Socopa du Neubourg. Le professionnel a également pointé la baisse de la consommation de viande rouge. « Un boucher qui faisait une demi-bête tous les 8 jours, aujourd’hui, il la passe en 10 jours ». Pour le professionnel,« la meilleure limousine est aujourd’hui une bête courte qui a du dos. Elle peut être classée en R+ ou en U, elle sera bonne ». Devant des éleveurs qui voient leur nombre rétrécir, des prairies labourées et des bâtiments vides, le professionnel de la viande les a enjoint à « continuer à faire des bêtes de qualité », rappelant que la race limousine était idéale pour répondre à l’exigence qualitative des clients.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Le cru 2024-2026 du conseil d'administration JA 27. "Une jeune équipe ambitieuse qui prend place", tels ont été les premiers mots de son nouveau président Romain Loiseau, installé depuis 2020 dans le Pays d'Ouche (volaille label, pomme et vache allaitante).
JA 27 : la nouvelle équipe dans les starting-blocks.
Romain Loiseau est le nouveau président de JA 27. Il succède aux deux coprésidents Christophe Chopin et Denis Phiquepron.…
Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole