Aller au contenu principal

Vaches allaitantes : diversifier pour mieux s’y retrouver.

Les Chambres d’agriculture de Normandie ont organisé, mardi 21 janvier, une session portes ouvertes sur la ferme de la Longchanterie, à Saint-Pierre-en-Auge (14). La rencontre s’est concentrée sur les possibilités de diversification en élevage allaitant.

La ferme de la Longchanterie, à Saint-Pierre-en-Auge, écoule toute sa production bovine et de volailles en vente directe. Les éventuels excédents sont transformés en plats préparés.
La ferme de la Longchanterie, à Saint-Pierre-en-Auge, écoule toute sa production bovine et de volailles en vente directe. Les éventuels excédents sont transformés en plats préparés.
© LM

Pour Magaly Stephan, devenir agricultrice n’était pas une évidence. Bien que ses parents aient été installés en élevage allaitant (Charolaises) dans le Pays d’Auge, cette commerçante dans l’âme s’est d’abord orientée vers le secteur automobile. Avec son mari, elle détenait un garage à Livarot où elle œuvrait sur la partie gestion. « Mais mon fils est né avec des bottes », reconnaît-elle avec amusement. C’est donc en 2018 qu’elle lance sa reconversion en acquérant une propriété et ses dix-huit hectares, avec l’ambition de monter un élevage allaitant où toute la production serait écoulée en vente directe. « C’était utopique pour beaucoup, mais aujourd’hui, on est là et aucun animal ne repart sur pieds », annonce-t-elle avec fierté à la vingtaine de personnes venue assister à la porte ouverte Innov’action organisée par les Chambres d’agriculture, mardi 21 janvier.

 

TOUT A FAIRE

Pour Magaly Stephan, partir d’une feuille vierge est un atout, même si « avoir eu une autre vie professionnelle avant, ça sert », reconnaît-elle. Déjà titulaire d’un BTS gestion, la Calvadosienne a repris un brevet professionnel responsable d’entreprise agricole au lycée du Robillard.

Pour son exploitation, elle a choisi la race Limousine qui a un « bon rendement et qui est pas mal en génétique, mais surtout, c’est ce que je préfère comme viande. Il est plus facile de vendre ce que l’on aime », remarque-t-elle avant d’expliquer : « on va de 420 à 550 kg en poids carcasse. Nous sommes en ration toute herbe, en monte naturelle avec deux taureaux - un pour les génisses et un pour les vaches, bientôt un troisième. Nous avons des vêlages toute l’année, ce que je trouve sanitairement plus simple ». Côté veaux sous la mère, ils oscillent entre 120 et 180 kg en poids carcasse. Aucun complément n’est donné. « On cherche un coût d’alimentation raisonnable et raisonné », appuie-t-elle. Au printemps 2021, une nouvelle stabulation a été construite. « On a mis un bardage perforé du côté des veaux pour avoir beaucoup de lumière, ainsi qu’un grand couloir pour plus de praticité. En revanche, on a été limité à 1 000 m2 car nous étions en zone eaux humides », révèle l’exploitante. Plus loin, des parcs, une poussinière et des bâtiments non isolés accueillent les 200 poulets (vendus 9,50 € l’unité).

 

« PAS DE MONO-ELEVAGE »

La ferme de la Longchanterie compte 130 têtes - dont 60 vaches environ - pour la partie bovins et 200 volailles en rotation. « Je préférais ne pas avoir de mono-élevage pour mieux répartir les risques. Sur une ferme, les vaches, ce n’est pas ce qui est le plus rentable. Avec les volailles, ça me permet de multiplier les viandes », admet-elle. La famille a donc créé un atelier de découpe, un magasin de vente directe - réseau Bienvenue à la ferme -, ainsi que deux gîtes. « La demande est là   Nous vendons un gros bovin, deux à trois veaux et 200 poulets par mois. Nous avons un distributeur à Saint-Pierre-en-Auge, autrement, nous ne faisons pas de publicité. Je préfère que les clients viennent à nous par le bouche-à-oreille », concède-t-elle. L’abatage, lui, est délégué au site de Gacé. Pour les excédents, Magaly Stephan prépare des bocaux dans son laboratoire (deux salles de froid et un atelier de découpe), à raison de deux jours de travail par semaine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole