Aller au contenu principal

Une ZNT incompressible de 10 mètres pour près de 300 produits classés CMR 2.

Le Conseil d'Etat avait rendu une première décision le 26 juillet 2021 dans laquelle il demandait au Gouvernement, sous 6 mois, d'adapter et de compléter le dispositif des ZNT, notamment sur les distances de sécurité fixées pour les produits classés suspects d'être cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction (CMR 2).

Le gouvernement a demandé à l'Anses d'accélérer la mise à jour des autorisations des produits concernés pour y intégrer les distances de sécurité spécifique à chaque produit.
Le gouvernement a demandé à l'Anses d'accélérer la mise à jour des autorisations des produits concernés pour y intégrer les distances de sécurité spécifique à chaque produit.
© TG

Le Conseil d'État avait basé sa décision sur l'avis de l'Anses du 14 juin 2019, relatif aux mesures de protection des riverains lors de l'utilisation des produits phytosanitaires, qui recommandait une distance minimale de 10 mètres entre les habitations et les zones d'épandage pour tout produit classé CMR, sans distinguer si leurs effets sont avérés (CMR 1A), présumés (CMR 1B) ou suspectés (CMR 2). Par conséquent, le Conseil d'Etat avait jugé que les distances minimales d'épandage des produits dont la toxicité n'est que suspectée (CMR2), qui ont été fixées à 5 mètres pour les cultures basses comme les légumes ou les céréales, étaient insuffisantes.

Pour donner suite à la décision du Conseil d'Etat, le gouvernement a opté pour une approche fondée sur l'évaluation scientifique. Il a demandé à l'Anses d'accélérer la mise à jour des autorisations des produits concernés pour y intégrer les distances de sécurité spécifique à chaque produit. Cette mise à jour est effectuée sur demande des firmes phytosanitaires, qui devaient réaliser et fournir les études et données nécessaires à la conduite de l'évaluation scientifique. A compter du 1er octobre 2022, les produits n'ayant pas fait l'objet d'une demande recevable (dossier d'autorisation complété) auprès de l'Anses ont vocation à se voir appliquer par arrêté le respect d'une distance de sécurité réglementaire incompressible de 10 mètres.

Pour les 85 produits sur un total de 296 produits CMR 2, qui ont fait l'objet d'un dépôt de dossier par les firmes, jugé recevable par l'ANSES, le dispositif actuel 5 m réductible perdure.

A l'automne 2022, le gouvernement avait préparé son projet d'Arrêté pour poser le cadre réglementaire pour les produits pour lesquels aucun dossier jugé recevable par l'Anses n'a été déposé au 1er octobre 2022 et préciser la liste des couples usages X produits avec une ZNT à 10 m. Le texte était conforme à ce qui a été annoncé en janvier lors de la publication du décret et de l'arrêté sur le renforcement de la protection des personnes lors de l'utilisation des produits phytosanitaires. Le projet d'arrêté et la liste ont été soumis à une consultation du public jusqu'au 18 décembre 2022, à laquelle la FNSEA a répondu.

Le 22 décembre 2022, suite à une nouvelle action juridique des ONG, le Conseil d'Etat a rendu une décision, dans laquelle il considère que l'Etat n'a toujours pas pris les mesures nécessaires pour exécuter pleinement sa précédente décision du 26 juillet 2021, concernant les ZNT qui avaient été jugées insuffisantes pour les produits classés CMR2.

Ainsi, le Conseil d'Etat avait condamné l'Etat à :

o mettre en place d'ici 2 mois (soit avant le 22 février), les mesures garantissant des distances de sécurité suffisantes pour les CMR 2 dont l'AMM ne prévoit pas de distance de sécurité spécifique, sous peine d'être soumis à une astreinte de 500 euros par jour de retard ;

o verser 3 000 euros aux ONG qui ont saisi le Conseil d'Etat.

 

L'ARRETE CMR 2 PUBLIE AU JOURNAL OFFICIEL

En réponse à cette condamnation, l'arrêté a été publié au Journal officiel le 21 mars. La liste finale des couples usages X produits avec une ZNT à 10 m sera prochainement disponible sur le Bulletin officiel. Nous avons eu confirmation par les services du Ministère qu'elle exclut toujours les usages de produits CMR 2 pour lesquels les firmes ont déposé un dossier à l'Anses, mais il y a quelques mises à jour issues de la consultation du public et de l'avancée des travaux de l'Anses.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole