Aller au contenu principal

Une rentrée attendue dans l’enseignement agricole.

Caroline Guillaume, directrice régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt, a terminé ses visites de rentrée le 3 septembre au centre de formation en élevage de Canappeville.

Le centre de formation en élevage de Canappeville est un petit établissement qui forme à l’élevage bovin laitier et à
l’élevage porcin.
Le centre de formation en élevage de Canappeville est un petit établissement qui forme à l’élevage bovin laitier et à
l’élevage porcin.
© L.G.

Après une période difficile due au confinement, l’enseignement agricole de Normandie a accueilli, la semaine dernière, plus de 9 500 élèves et étudiants, ainsi que plus de 2 600 apprentis, pour des formations allant de la 4e ou du CAP aux diplômes d’ingénieurs. Globalement, la région a perdu, d’après les données de fin août, 1,7 % de ses effectifs en formation initiale par rapport à 2019. En revanche, les effectifs sont en hausse pour l’apprentissage :+ 8,9 %.

 

QUATRE FAMILLES

« La rentrée se passe bien, parce qu’elle a été bien préparée, il y a eu une vraie mobilisation à la suite du confinement et enseignants comme étudiants étaient contents de se retrouver », constate Caroline Guillaume, qui a visité quatre établissements les 2 et 3 septembre, dans la Manche, le Calvados et l’Eure. L’enseignement agricole en Normandie, c’est 55 établissements de quatre « familles » : l’enseignement agricole public, les MFR, l’enseignement agricole privé et l’Unrep. Le centre de formation à l’élevage de Canappeville appartient à la dernière catégorie. Il s’agit d’un petit établissement, qui forme à l’élevage bovin laitier et à l’élevage porcin.

Avec seulement 20 salariés dont14 formateurs, le centre accueille entre 95 et 100 apprenants chaque année (apprentis et stagiaires). Les portes ouvertes n’ayant pas pu être organisées cette année, le directeur Amédée Hardy, était un peu inquiet mais au final, l’année 2020 se passe bien. « Chez nous, ce n’est pas vraiment la rentrée puisqu’on accueille du monde toute l’année pour des formations qui commencent à différentes périodes de l’année ».

Les apprenants viennent de plusieurs départements, au-delà de la Normandie, car le centre ayant la réputation de former au terrain, il séduit de nombreux jeunes. D’ailleurs, Caroline Guillaume a pu discuter avec un apprenti qui lui a expliqué ses motivations pour suivre la formation de Canappeville : le terrain, et la disponibilité des formateurs. « Je n’ai pas l’impression de perdre mon temps ici ».

Amédée Hardy remarque qu’il accueille de plus en plus de filles, qui au départ étaient plutôt attirées par le monde du cheval mais ne pouvant facilement trouver du travail, choisissent finalement de s’orienter vers l’élevage porcin ou l’élevage bovin. Le profil va de plus en plus vers du hors cadre familial pour cette petite structure à la solide réputation. Le site dispose de 290 truies et 105 vaches laitières, sur 130 hectares, dont 55 ha pour le fourrage. La présence d’un robot de traite depuis 2015 est « un vrai plus » pour les stagiaires et cet investissement séduit également le service de remplacement qui a constaté un besoin sur le terrain de former à cet outil. En élevage porcin, Canappeville forme entre 8 à 10 personnes par an. Mais elle pourrait en accueillir davantage car le terrain en a besoin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole