Aller au contenu principal

Une filière lin qui regarde devant

L’AGPL organisait mercredi 27 février dernier à Guichainville une table ronde autour du « plan de filière lin fibre 2025 ».

De gauche à droite : Bruno Guermonprez, Laurent Vallée,
Jacques Fauvel, Sophie Mayer et Bertrand Coulier.
De gauche à droite : Bruno Guermonprez, Laurent Vallée,
Jacques Fauvel, Sophie Mayer et Bertrand Coulier.
© C.B.

Avec une croissance de +12 % par an ces 5 dernières années, la filière tente de s’organiser pour mieux structurer l’offre et se professionnaliser. Cette forte demande est aujourd’hui satisfaite par l’augmentation des surfaces cultivées, avec un risque de rupture dans l’approvisionnement en semences. En parallèle, « tousles teillages du département tournent à fond, en 3 X 8 »expliquait Bertrand Gomart, président de l’AGPL. « L’idéal serait d’avoir une année de récolte en stock » relevait Laurent Vallée (Linière du Ressault). A chaque maillon de la filière, des questions se posent. Par exemple, vu la demande en matériels, les délais de livraison atteignent 2 ans. Les ressources humaines sont également sollicitées. « Il faut rendre nos postes de travail plus attrayants, proposer des formations et des plans de carrière aux jeunes » relevait Bertrand Coulier (Coopérative de lin du Neubourg). Il s’agit aussi de bien connaitre la demande, pour anticiper tout changement de consommation « Passé la filature, c’est extrêmement compliqué » déplorait Sophie Mayer, chargé de mission à l’AGPL. L’idée d’adopter un signe de qualité pour le lin a été abordée pour garantir, promouvoir ou protéger la production. Thierry Leroux, éleveur près d’Orbec,membre de l’AOP normande,a salué l’idée : « vous vousposez la question quand ça vabien, c’est l’idéal » a-t-il lancé.L’AOP améliore le prix du laitde 15 %. Une majoration qui permet de passer les mauvais caps.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole