Aller au contenu principal

Une belle récompense pour des passionnés de pommes et de transformation

La ferme de Bonnetôt à Tôtes récolte une médaille d’or pour l’Apéro du père François.

Gaëtan Delacroix vient d’obtenir une médaille d’or pour son “Apéro du père François” au Concours international des vins, bières et spiritueux de Lyon*, dans la catégorie spiritueux et autres boissons fermentées. Le jury a apprécié l’intensité, la qualité du goût, l’odorat, ainsi que les qualités visuelles de cet apéritif résultant d’un assemblage d’eau de vie et de jus de pomme.

20 ans de transformation

« Cette médaille d’or est le fruit du travail de plusieurs générations de ma famille, explique l’agriculteur. Mes parents et grands-parents ont maintenu un verger de pommes à cidre de qualité avec des variétés douces et douces amères très parfumées et adaptées au climat cauchois. Et depuis 20 ans, Clotilde et moi travaillons sur les assemblages, le vieillissement en fût de chêne, et sur le travail des eaux de vie pour réaliser un apéritif à base de cidre qui nous ressemble ». La ferme de Bonnetôt transforme ses pommes en apéritif et en eaux de vie depuis presque 20 ans. Les pommes de son verger hautes tiges étaient auparavant vendues à des producteurs de cidre de la région. Mais la commercialisation était aléatoire et avec son père, François Delacroix, Gaëtan s’est lancé dans la transformation.

« J’ai suivi une formation à Brémontier-Merval, précise-t-il. L’objectif était d’avoir avec cette transformation un revenu supérieur à la vente des pommes. J’ai commencé à mettre mes produits en dépôt dans les magasins fermiers de la région et j’ai fait quelques marchés à thème : marché fermier, marché de Noël, Fête du ventre, Fête de la pomme dont l’aspect festif correspond bien au produit. Je n’avais aucune expérience de vente mais les marchés sont très formateurs ».

Aujourd’hui 1 000 pommiers sont conduits en agriculture biologique, entre 15 000 et 20 000 litres de cidre sont produits par an (destinés à la distillation) et environ 1 800 litres d’alcool pur sont produits sur la ferme chaque année.

Ouverture au public

Depuis quelques années, Gaëtan Delacroix ouvre ses portes au public au moment de la distillation du cidre. Accompagné de toute sa famille, à l’aide de vieux matériels en exposition, il raconte aux visiteurs comment on ramassait les pommes autrefois, il explique comment les anciens pressaient les pommes pour le cidre et la boisson. Les apéritifs, eaux de vie et jus de pomme sont en vente directe et en dégustation à la ferme de Bonnetôt le vendredi et samedi matin et chez les partenaires régionaux.


* Concours international des vins, bières et spiritueux de Lyon : cet événement a lieu chaque année dans la capitale des Gaules.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole