Aller au contenu principal

Un séchoir autonome en énergie installé chez deux éleveurs.

Lors d’une visite officielle, mardi 20 septembre, Ingrid et Stanislas Delabasle, éleveurs à Montreuil-la-Cambe (Orne) ont présenté leur nouvelle acquisition, subventionnée par le Feader : un séchoir autonome en énergie, à l’aide de panneaux thermo photovoltaïques.

Cinq ventilateurs, reliés aux gaines, sont connectés à des panneaux solaires thermo photovoltaïques.
Cinq ventilateurs, reliés aux gaines, sont connectés à des panneaux solaires thermo photovoltaïques.
© L.A.

« Notre but était de passer sans aliments fermentés. » Objectif réussi pour Ingrid et Stanislas Delabasle, installés en Gaec dans la commune de Montreuil-la-Cambe (Orne). Depuis le mois de mai, ils sont les heureux propriétaires d’un séchoir, subventionné par le Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader) à hauteur de 120 000 €. Le montant total du projet s’élève à 940 000 €. A l’occasion de l’inauguration du séchoir, mardi 20 septembre, Brigitte Choquet, conseillère régionale ; Nathalie Goulet, sénatrice et Frédéric Godet, conseiller départemental, ont effectué une visite du séchoir. « Il est important de soutenir ces projets, qui améliorent le système de production et réduisent les coûts », considère Frédéric Godet.

 

LE SECHOIR DE JONO

Eleveurs de 140 vaches Normandes, Ingrid et Stanislas ont investi dans un système de séchage autonome en énergies. « Passer en aliment non fermentés limite les risques de contamination du lait cru et le foin est de meilleure qualité », rapelle Stanislas. Son système ? Le séchoir de Jono, qui comporte, sur cette exploitation, cinq ventilateurs, connectés à des panneaux thermo photovoltaïques, installés sur le toit du bâtiment en bois. Ils alimentent en air chaud les cinq gaines recouvertes d’un caillebotis en béton, sur lesquelles reposent les bottes de foin. Les panneaux solaires hybrides présentent une productivité thermique élevée qui optimise son rendement électrique. « Le bâtiment est polyvalent, il nous permet aussi de sécher du maïs grain. »

 

UN SECHAGE DE 50 H EN MOYENNE

Pour la première année - les travaux ont été terminé pile-poil pour les foins - les éleveurs ont fauché et séché 120 ha en dix jours. Sur chaque ligne de séchage, 50 balles de foin carrées ont été déposées, soit 250 balles de foin. « Les bottes demandent en moyenne 50 heures de ventilation », précise Stanislas.

Sur les 278 ha exploités, on compte 20 ha de triticale et 14 ha de maïs cette année. Le reste est en prairie. Le lait produit est valorisé par la fromagerie Graindorge pour la fabrication des trois fromages normands : AOP livarot, camembert de Normandie et pont-l’évêque.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole