Aller au contenu principal

Tournesol : augmenter les surfaces et optimiser la prochaine récolte.

La guerre russo-ukrainienne, entre les deux premiers producteurs mondiaux de graines, d'huile et de tourteaux de tournesol, impacte les marchés agricoles. La demande en graines de tournesol s'annonce très forte sur la prochaine campagne.

© PIXABAY

Une hausse des surfaces de tournesol en France (700 000 ha en moyenne ces dernières années), accompagnée d'une optimisation de la conduite de la culture, compenserait, pour partie et en attente de la reprise de flux commerciaux normaux avec nos partenaires ukrainiens, la perte liée à la réduction voire l'arrêt des importations sur notre territoire d'huile et de tourteaux de tournesol en provenance d'Ukraine.

La culture du tournesol, espèce clé pour la souveraineté alimentaire européenne, doit donc être encouragée en raison de ses multiples atouts et des optimisations de culture rendues possibles grâce aux activités de recherche-développement-innovation menées par Terres Inovia, l'institut technique de la filière des huiles et protéines végétales et de la filière chanvre.

 

L'ensemble des acteurs de la filière oléoprotéagineuse, au premier rang desquels Terres Inovia, est engagé au quotidien pour optimiser et sécuriser la culture de tournesol. Cette mobilisation s'inscrit particulièrement depuis 2 ans dans le cadre du plan d'action et de développement Téo qui vise à consolider le tournesol dans les bassins de culture historiques et à redéployer cette culture dans les bassins de l'Est et du Nord de la France. En effet, cette culture oléoprotéagineuse dispose de nombreux avantages pour permettre aux producteurs de répondre aux défis du changement climatique, à la réduction des produits phytosanitaires ou aux exigences sociétales.

 

La culture de tournesol en France a connu de très bons résultats technico-économiques en 2021 avec des rendements moyens compris entre 28 et plus de 30 quintaux par hectare (ha) selon les bassins de production. Pour la campagne tournesol à venir, la filière oléoprotéagineuse mise sur les atouts du tournesol et la dynamique de rendement et de surface engagée les années passées pour que la prochaine récolte poursuive cette tendance et consolide la souveraineté alimentaire française.

 

Le tournesol est une culture peu gourmande en engrais. Dans les conditions 2022, il est particulièrement important de pouvoir compter sur les faibles besoins en fertilisants de certaines cultures, dont le tournesol, pour équilibrer au mieux les assolements et les marges des exploitations. L'impact négatif sur la marge de la sous ou sur fertilisation de la culture du tournesol est accru en 2022, avec, par exemple, un gain de marge de 100 à 120 Ä/ha en apportant une dose optimale de 40 unités d'azote. Selon les références acquises par Terres Inovia, les apports d'azote en végétation, avant le stade 14 feuilles du tournesol, sont aussi bien ou mieux valorisés selon les années que les apports au semis. Le tournesol est une culture peu exigeante en phosphore et moyennement exigeante en potasse. Les coûts élevés des engrais PK ne doivent toutefois pas faire négliger ce poste, en particulier dans les sols pauvres ; une analyse de sol est alors nécessaire pour savoir si une impasse est possible.

Dans un contexte de changement climatique, le tournesol valorise de faibles quantités d'eau, avec une irrigation qui se termine tôt au cours du cycle de la culture, limitant ainsi les effets d'éventuels rationnements de l'eau d'irrigation survenant souvent plus tard en cas de sécheresse. Ainsi, selon les situations, 1 à 3 tours d'eau de 35 à 40 mm chacun suffisent pour la culture et permettent une amélioration significative de la marge. Par exemple, pour un prix de vente indicatif moyen à 650 Ä/tonne de graines, et pour un prix de l'eau à 20 ce/m3, une irrigation de 70 mm bien maîtrisée se traduit par un gain minimum de 250 e/ha.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Le cru 2024-2026 du conseil d'administration JA 27. "Une jeune équipe ambitieuse qui prend place", tels ont été les premiers mots de son nouveau président Romain Loiseau, installé depuis 2020 dans le Pays d'Ouche (volaille label, pomme et vache allaitante).
JA 27 : la nouvelle équipe dans les starting-blocks.
Romain Loiseau est le nouveau président de JA 27. Il succède aux deux coprésidents Christophe Chopin et Denis Phiquepron.…
Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole