Aller au contenu principal

Solaal Normandie : glaner n’est pas piller

L’association Solaal Normandie s’est réunie, lundi 3 juillet à Colombelles (14), à l’occasion de son assemblée générale. Un temps pour faire le bilan de l’année 2022, mais surtout pour réfléchir à l’organisation future des collectes de produits, dont la reprise des glanages dans la région.

De gauche à droite : Samuel Normand, de la Fondation Mutualia Grand Ouest ; Stéphane Travert, député ; Jean-Michel Hamel, président de Solaal Normandie ; Stéphanie Yon-Courtin, députée européenne et conseillère régionale ; Jean-Christophe Rufin, président de Solaal Hauts-de-France et vice-président de Solaal France.
De gauche à droite : Samuel Normand, de la Fondation Mutualia Grand Ouest ; Stéphane Travert, député ; Jean-Michel Hamel, président de Solaal Normandie ; Stéphanie Yon-Courtin, députée européenne et conseillère régionale ; Jean-Christophe Rufin, président de Solaal Hauts-de-France et vice-président de Solaal France.
© LM

« C’est la première assemblée générale avec autant de monde invité », s’est réjoui Jean-Michel Hamel, président de l’association Solidarité des producteurs agricoles et des filières alimentaires (Solaal) Normandie, en préambule de la rencontre organisée lundi 3 juillet à Colombelles. Depuis sa création en 2013, sous l’impulsion de Jean-Michel Lemétayer, la structure fait le lien entre les agriculteurs et les associations d’aide alimentaire. Malgré un collectif soudé et des partenariats grandissants, « je pense que nous ne sommes pas suffisamment connus. On pourrait récupérer beaucoup plus de produits », déplore Jean-Michel Hamel qui entend relancer les glanages.

 

237 tonnes de denrées récoltées

Si le relais Normandie a dû conjuguer en 2022 avec l’absence d’une animatrice, les « chiffres sont positifs au niveau du volume », félicite Judith Meyer, responsable des dons, de l’animation des relais et de la communication de Solaal. Au total, 237 tonnes de produits ont été collectées en Normandie en 2022 – 169 333 kg en Seine-Maritime, 61 626 kg dans le Calvados, 4 823 kg dans l’Orne, 1 590 kg dans la Manche et 18 kg dans l’Eure. C’est 102 % de plus qu’en 2021. Ce qui porte l’action de Solaal Normandie, laquelle est gratuite, à 731 tonnes en dix ans, soit l’équivalent de 1,5 million de repas depuis sa création.

 

Le glanage comme vertu sociale

Pour parvenir à ces résultats, des actions de récoltes de dons de produits frais, ainsi que des glanages chez les producteurs, sont organisés tout au long de l’année. « Les premiers glanages ont été créés en Normandie, notamment avec les lycées agricoles. Ça permet de faire de la pédagogie sur le gaspillage alimentaire et la solidarité », appuie Jean-Michel Hamel. « Ce ne sont pas sur les glanages que nous faisons de gros volumes. Mais ça nous permet de tisser un lien avec les collèges, les lycées, les MFR, les associations d’aide alimentaire », confirme Jean-Christophe Rufin, président de Solaal Hauts-de-France et vice-président de Solaal France. C’est également l’occasion de « rappeler la différence entre le vol et le glanage », reconnaît Sylviane Pralus, présidente de la MSA Côtes Normandes.

 

Outre le glanage

« Les fruits et légumes sont plus donnés par commodité. Il n’y a pas de transformation. À partir du moment où ils sont de bonne qualité, c’est facile », remarque Jean-Michel Hamel. Le don de lait est également possible, « mais il faut que quelqu’un accepte de le mettre en brique. Parfois, ça coûte plus cher que la production en elle-même ». Pour la viande, « donner un animal tout entier, ça ne marche pas. Personnellement, chaque fois que j’envoie un animal à l’abattoir, je leur demande de retenir 0,5 % du prix pour le mettre dans une cagnotte. Quand il y en a assez, on fait une opération steak haché surgelé. » Dans les départements céréaliers, « les abandons de recettes » peuvent aussi fonctionner – cela consiste à renoncer à une part du gain final, afin d’en faire don.

Stéphane Travert, parrain de l’association normande

Aux côtés de Jean-Michel Hamel se tenait un invité de marque : Stéphane Travert, député, fraîchement proclamé « parrain officiel » de l’association. Afin d’accentuer leur popularité, les équipes de Solaal Normandie ont demandé à l’ancien ministre de l’Agriculture et de l’alimentation d’endosser ce rôle. « C’est un honneur et un vrai plaisir. C’est important de promouvoir ces actions de solidarité. J’essaierai d’être un digne ambassadeur », partage l’homme politique. « Ça peut nous aider à développer la reconnaissance de Solaal », assure en retour Jean-Michel Hamel, le président de la structure.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole