Aller au contenu principal

S'investir sur le front de la communication positive

Présidente et vice-président de l'association Ville-Campagne Normandie, Anne-Laure Marteau et Yann Bertot lancent un appel à une plus grande mobilisation, tous départements normands confondus, pour une communication positive du métier d'agriculteur auprès des élèves des classes primaires. « Les enfants, c'est l'avenir. Ce sont les consommateurs de demain », plaident nos deux ambassadeurs d'un certain art de vivre à la campagne.

« Nous ne sommes pas en concurrence avec les fermes pédagogiques, mais au contraire en complémentarité », insistent Anne-Laure Marteau et Yann Bertot, présidente et vice-président de l'association Rencontre Ville et Campagne qui ambitionne de recruter sur toute la Normandie. « Nous sommes prêts à partager notre outil pédagogique. Faites fonctionner le bouche-à-oreille ».
« Nous ne sommes pas en concurrence avec les fermes pédagogiques, mais au contraire en complémentarité », insistent Anne-Laure Marteau et Yann Bertot, présidente et vice-président de l'association Rencontre Ville et Campagne qui ambitionne de recruter sur toute la Normandie. « Nous sommes prêts à partager notre outil pédagogique. Faites fonctionner le bouche-à-oreille ».
© TG

« Nous n'avons que des retours positifs. Dans cette période d'agribashing, ça fait du bien à la tête. Cela nous permet de nous évader. Désormais, il nous faut partager cette expérience avec un plus grand nombre d'agriculteurs ». L'idée est partie d'une action lors d'un comice agricole dans l'Eure en 2017. Anne-Laure Marteau, épaulée de quelques collègues, a empoigné son bâton de pèlerin pour plaider la cause d'une agriculture nourricière et respectueuse de l'environnement jusque dans les cours d'écoles. Une convention a été signée avec l'éducation nationale et, quatre ans plus tard, l'outil pédagogique s'est perfectionné et le discours rôdé.

 

Une bouteille pour un terrain de foot

« Ce n'est pas évident de prendre la parole devant une classe », reconnait Yann Bertot, mais l'expérience aidant, il a su adapter sa sémantique à son auditoire. « Il faut rester simple et parler de son vécu, être ludique tout en restant pédagogique. Expliquer que l'on travaille avec la météo et du vivant. Que l'on sème à l'automne pour récolter en été. Que le pulvérisateur, c'est un appareil à soigner les plantes. Que l'on n'arrose pas nos parcelles de 500 litres de produit à l'hectare, mais plutôt l'équivalent d'une bouteille pour un terrain de football... Il n'y a pas de sujet tabou et j'ai remarqué que le corps enseignant apprenait également beaucoup de choses ». « Cette double communication et ce dialogue, c'est faire changer le regard d'une institution vis-à-vis de notre métier », rebondit Anne-Laure. Un investissement sur l'avenir en d'autres termes et des souvenirs qui resteront ancrés à jamais. Sur l'application vidéo qui sert à communiquer, ils ont vu le veau naître. Ils lui ont trouvé son nom et il est venu en visite en classe. « C'est désormais le veau de chacun et il va faire avancer les choses ! » Rencontre Ville-Campagne travaille en circuit court. Elle a conçu une mallette pédagogique évolutive en partenariat avec une Association locale « L'outil en main ». Une caisse en bois de nos forêts sera mise à disposition des profs agri dès la rentrée prochaine. « Elle nous sert de support pour mettre notre matériel pédagogique : des bocaux contenant les graines que nous cultivons, de la farine, de l'huile et du tissu en lin pour faire le lien avec la fleur bleue... L'outil est prêt à faire feu à plus grande échelle », insistent Anne-Laure et Yann.

 

Un travail en binome

Nos ambassadeurs travaillent en binôme pour se rendre dans les classes ou recevoir à la ferme, envoyer des photos de leur quotidien... Ils sont 9 binômes à ce jour et l'idée est d'en créer de nombreux supplémentaires chaque année à l'échelon départemental. Au niveau régional, tous les champs du possible sont ouverts. « Ce n'est pas de financement dont nous avons besoin mais de bonnes volontés », résume Anne-Laure. Alors certes, l'exercice 2020/2021 a fortement été perturbé par la crise sanitaire, mais justement, dans ce contexte, « les enfants ont encore plus besoin de venir nous voir, de s'évader ». Alors rendez-vous pourquoi pas à la prochaine rentrée ?

Renseignements au 06 83 52 59 15

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole