Aller au contenu principal

Sevépi : y aura-t-il de l'engrais azoté à Noël ?

Y aura-t-il de l'engrais azoté à Noël ? Une des questions posées à Jérôme Charpentier et Aurélien Caurier, respectivement président et directeur de la coopérative Sevépi qui tient son assemblée générale le 14 décembre prochain.

© TG

Sevépi, c'est 500 000 t de collecte de céréales, 35 à 40 Me de CA (chiffre d'affaires) appro sur un global de 150 Me, 1 800 adhérents dont 1 200 actifs qui se répartissent dans l'est de l'Eure, les Yvelines, l'ouest du Val-d'Oise et en bordure de l'Eure-et-Loir et de la Seine-Maritime, 114 collaborateurs et 25 sites. A quelques jours de son assemblée générale, un point d'actualité avec Jérôme Charpentier et Aurélien Caurier, président et directeur d'une coopérative existant sous ce patronyme depuis 2002.

 

On parle beaucoup de pénurie d'engrais azoté. Vos coopérateurs sont-ils couverts ?

On peut estimer qu'ils le sont pour 1/3, un autre tiers partiellement et pas du tout pour le dernier tiers. Sévépi, c'est 80 000 t d'engrais minéraux et organiques, dont 30 000 t de solution azotée. Nous n'avons pas la capacité de tout stocker, alors il nous en reste à rentrer, mais nous n'en connaissons pas les conditions.

 

Quel conseil donneriez-vous aux partiellement et non couverts ?

De se rapprocher de son agent technico de la coopérative pour travailler la fourniture d'engrais. Il ne faut plus hésiter. Les commandes d'aujourd'hui, c'est livraison janvier, mais il reste encore du disponible. Après, on ne sait pas ! Si nécessités, nous privilégierons nos adhérents fidèles.

 

Vous ne préconisez en aucune façon de lever le pied ?

Chaque agriculteur doit garder sa stratégie historique même si l'augmentation à 2 e l'unité se traduit par un surcoût de plus de 200 e/ha, soit le double de l'an dernier. Le risque est qualitatif. Ne pas aller jusqu'à la dose bilan pour aller chercher le 11 de protéine, c'est se couper de certains marchés export comme l'Algérie. C'est faire le jeu des blés de la mer Noire, c'est se tirer une balle dans le pied.

 

Que retenir de la moisson 2021 ?

Compliquée ! On s'attendait à une récolte pléthorique avec des problèmes de protéines, mais globalement, on peut qualifier ce cru de correct et très hétérogène. On va aboutir à 480 000 t contre un objectif de 500 000 t. L'humidité a été favorable aux petites terres, au tournesol et au maïs, mais nous avons effectué un gros travail de séchage : 10 % en blé, 5 % en colza, c'est inhabituel. Nous tenons à ce titre à souligner la mobilisation sans faille des agriculteurs et de nos collaborateurs qui n'ont pas arrêté depuis le 10 juillet. Nous avions des craintes de retard dans l'exécution de nos engagements. Le contexte d'après-covid a généré des difficultés logistiques, alors qu'il y avait un gros travail de tri et d'allotement à réaliser. Malgré toute cette problématique, on finit sur une année cohérente par rapport à ce que nous avons l'habitude de réaliser.

 

Certains OS n'arrivent pas à sécher tous les maïs, c'est votre cas ?

On a toujours investi dans les outils, particulièrement de séchage et bien nous en a pris. On sèche depuis août, y compris pour des confrères, mais à un coût plus élevé que l'an dernier. 100 % des maïs l'a été, mais, à contrario, on n'y arrive pas avec le sorgho. Les taux d'humidité sont trop importants. On ne fera pas la promotion de cette culture sur notre territoire.

 

Vous n'êtes pas pour la diversité de l'assolement ?

On a essayé le soja, le sarrasin, le pois chiche (...), ça ne marche pas en conventionnel. Nous privilégions plus  des cultures que nous maîtrisons déjà en misant sur une diversité de débouchés comme le tournesol strié pour l'oisellerie  ou bien encore le colza érucique.

 

Et le bio ?

Nous sommes des précurseurs, car c'est une demande de nos adhérents. Le bio représente 10 000 t sur 500 000 t et poursuit sa progression plus ou moins rapide en fonction du prix du conventionnel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole