Aller au contenu principal

Sevépi : faire de l'agriculture une solution pour le climat.

Avec des colzas bas GES (Gaz à Effet de Serre) proposés depuis 3 campagnes, une certification Agri Confiance obtenue en octobre et une démarche RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises), Sevépi fait de l'environnement une stratégie commerciale. L'occasion pour Louis Bodin (météorologiste) d'affirmer que « l'agriculture prend sa part, c'est peut-être le secteur qui en fait le plus ».

« 200 000 humains de plus chaque jour soit + 2,15 Mrd en 35 ans, c'est un défi colossal pour l'agriculture, ça ouvre des perspectives », considère Louis Bodin, ingénieur-météorologiste, et présentateur sur RTL et TF1.
« 200 000 humains de plus chaque jour soit + 2,15 Mrd en 35 ans, c'est un défi colossal pour l'agriculture, ça ouvre des perspectives », considère Louis Bodin, ingénieur-météorologiste, et présentateur sur RTL et TF1.
© TG

Pas de vent contraire et météo plutôt clémente lors des travaux d'assemblée générale de la coopérative Sevépi qui s'est tenue le 12 décembre dernier avec, pour invité d'honneur, Louis Bodin. Journaliste scientifique (ingénieur météorologie diplômé de l'École Nationale) et présentateur sur TF1 et RTL, il est venu éclairer sur ce qui se passe dans le ciel « avec modestie et humilité. Il ne faut pas être dans l'extrême » dénonçant au passage certains comportements tous bariolés de vert. Avec un bon sens paysan, il a remis l'église météorologique au coeur du village, historiquement, scientifiquement et enfin prospectivement.
En regardant dans le rétroviseur, il a rappelé « la jeunesse de cette science, le premier relevé date de 1870... Les pluies torrentielles qui ont fait 3 000 morts dans le sud-ouest en 1821 ». Il a tordu le cou à cette croyance populaire « y-a plus de saisons » déjà entendue en 1821 de la bouche d'un ministre de la République Française. Il a insisté aussi sur les prévisions « fiables de 24 h à 7 jours. Au-delà, ce n'est plus de la science ».
Louis Bodin n'est cependant pas climatosceptique, mais d'insister : « le réchauffement, c'est la moyenne. On attend de moi des choses que je ne peux pas dire. Appuyons-nous sur des réalités et non des fantasmes». Réalités hexagonales d'abord.
La France n'apparait plus parmi les gros émetteurs de CO2 grâce au nucléaire, la France au pouvoir impactant sur le climat mondial plus que limité : moins de 1 %, la France où l'on urbanise là où il y a un risque... Réalités mondiales ensuite avec les courants maritimes qui font le tour du monde et une terre qui ne manquera pas d'eau. « On n'a pas de problème d'eau, on a un problème de partage. Sur les 500 milliards de m3 apportés par an par la pluie et la neige, 300 milliards s'évaporent. Il reste 200 milliards : 6 milliards sont consommés et 194 milliards s'écoulent vers la mer ». Alors banco pour les bassines sous condition.
Et prospectivement ? « 200 000 humains de plus chaque jour soit + 2,15 Mrd dans 35 ans, c'est un défi colossal pour l'agriculture, ça ouvre des perspectives ». Et d'appeler au devoir collectif au lendemain de la COP 28. « L'Europe est le seul endroit au monde où les émissions de CO2 sont en baisse, avant de conclure, la hausse des températures, quoi qu'on fasse aujourd'hui, on n'en verra pas les effets ». Pour autant, l'agriculture prend et assume sa part de responsabilité dans la lutte contre le réchauffement climatique. « C'est peut-être le secteur qui en fait le plus », a suggéré Louis Bodin à l'écoute du rapport d'activité de Sevépi.
L'équation n'est cependant pas simple à résoudre. C'est une affaire planétaire et il ne faut pas tirer une balle « environnementale» dans le pied de la Ferme France. Écologie et économie doivent cohabiter sinon place aux autres : la Russie, la Chine, le Brésil, par exemple...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Le cru 2024-2026 du conseil d'administration JA 27. "Une jeune équipe ambitieuse qui prend place", tels ont été les premiers mots de son nouveau président Romain Loiseau, installé depuis 2020 dans le Pays d'Ouche (volaille label, pomme et vache allaitante).
JA 27 : la nouvelle équipe dans les starting-blocks.
Romain Loiseau est le nouveau président de JA 27. Il succède aux deux coprésidents Christophe Chopin et Denis Phiquepron.…
Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole