Aller au contenu principal

Sevépi en assemblée générale : s’adapter à la hausse des coûts

S’adapter à la hausse des coûts pour apporter une juste rémunération des productions aux adhérents, tel est le credo de Sevépi qui a tenu, le 13 décembre dernier, son assemblée générale. Au menu également, « le monde d’avant, le monde d’après » avec au fourneau Arthur Portier (Agritel). Une intervention qui a suscité l’espoir.

Aurélien Caurier (directeur) et Jérôme Charpentier (président de Sevépi) : « nous poursuivons notre stratégie d’optimisation de nos charges grâce notamment à nos investissements récents qui permettent des économies substantielles ».
Aurélien Caurier (directeur) et Jérôme Charpentier (président de Sevépi) : « nous poursuivons notre stratégie d’optimisation de nos charges grâce notamment à nos investissements récents qui permettent des économies substantielles ».
© TG

« Les récoltes d’été furent compliquées et, même si les poids spécifiques étaient faibles, le reste était bon. Un gros travail a été réalisé dans les silos pour améliorer la qualité des lots de grains et limiter ainsi les pénalités. Les récoltes d’automne ont été un casse-tête tant du point de vue logistique que de séchage mais les investissements passés et le savoir-faire de nos collaborateurs ont permis de relever ce défi et même de faire de la prestation pour nos confrères aussi bien en conventionnel qu’en bio. Cela montre l’intérêt d’avoir des outils de proximité adaptés et entretenus ». A l’occasion de l’assemblée générale de Sevépi, son président, Jérôme Charpentier est revenu sur la moisson 2021 aux antipodes du cru 2022, versus météo. « La qualité de la récolte 2022 répond globalement aux attentes des clients. Seul bémol : le taux de protéines de blé en dessous des normes contractuelles. Pour les blés meuniers, la coopérative a obtenu sur certains cahiers des charges une souplesse allant jusqu’à 10,5 % de protéines moyennant des raréfactions ». In fine, « l’exercice 2021-2022 a été marqué par une inflation inédite : envolée des prix des céréales, hausse des énergies (pétrole, gaz, électricité) et flambée des prix d’engrais. Cela a engendré des pertes de repères et des inquiétudes de l’ensemble de nos parties prenantes. En effet, adhérents, clients, fournisseurs et collaborateurs sont tous impactés. La coopérative a su s’adapter tout d’abord en poursuivant la valorisation des productions des adhérents en filière malgré les bas PS en blé et malgré le contexte géopolitique, a insisté Aurélien Caurier (directeur de Sevépi. Les filières mettent des années à se construire, elles étaient là hier, elles seront là demain. Nous devons les accompagner et capter une valeur ajoutée pour nos adhérents ».

 

MAINTENIR LE CAP

Dans sa conclusion, Jérôme Charpentier a invité chacun à relever les défis à venir : « préparer l’avenir en maintenant le cap décidé par le conseil d’administration ». Ce cap, c’est notamment quitter les centres-villes et agrandir les sites actuels comme celui de Bréval (78) avec une capacité de stockage de 5 390 t en bio et 20 190 t en conventionnel. « Ce nouveau silo optimise les capacités de stockage du grand bassin parisien et de la Normandie ». Mais si la coopérative affiche ses ambitions, elle fait parallèlement tout autant preuve de prudence comme sur le projet de malterie bio à Bréval, un outil inexistant en Île-de-France. « Il faut 30 % de subvention pour réussir ». Comme l’a rappelé Arthur Portier « il ne faut pas trop céder à l’euphorie des cours des matières premières agricoles. Les guerres finissent toujours et les capacités de production repartent avec parfois des stocks conséquents ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole