Aller au contenu principal

Salon de l’agriculture : une belle occasion à saisir.

Le salon international de l’agriculture accueille des milliers de visiteurs. L’élevage y brille, les produits agroalimentaires aussi. Et les politiques défendraient enfin le travail des agriculteurs.

A l’issue du concours Prim’Holstein, le Gaec Christal à Saint-Vincent du- Boulay décroche les 3e et 11e rangs pour deux femelles en 4e lactation.
A l’issue du concours Prim’Holstein, le Gaec Christal à Saint-Vincent du- Boulay décroche les 3e et 11e rangs pour deux femelles en 4e lactation.
© C.B.
Pour cette édition 2019, la Normandie s’est à nouveau parée d’un très joli pavillon dans le hall 5, dit des provinces. « A quoi ça sert tout ça ? » diront les esprits chagrins, qui murmurent des budgets astronomiques dépensés dans l’éphémère et la bonne humeur. A mettre en valeur et à faire connaître les richesse agricoles, agroalimentaires, culinaires et touristiques de la Normandie. A défendre les couleurs des cinq départements normands. Pour les producteurs, c’est aussi l’occasion de faire connaitre leurs produits, leurs problématiques, que ce soit auprès du grand public ou de personnalités. Ainsi, lundi 25 février, en moins d’une demi-heure, Olivia et Fabrice Esprit, éleveurs à Berville-la-Campagne, ont-ils pu échanger successivement avec le président de la Région Normandie, le président du conseil départemental de l’Eure, le préfet, le ministre des collectivités territoriales et le ministre de l’agriculture. Pas moins !
L’ÉLEVAGE BIEN REPRÉSENTÉ
Des personnalités politiques qui, à l’instar du président de la République quelques jours plus tôt, ont pris leur temps dans les allées normandes. « C’est l’occasion de faire passer des messages à des élus soucieux de manifester leur écoute et leur attention » commentait Fabrice Moulard, président de la FNSEA 27, présent sur place. « Le salon de l’agriculture, c’est l’endroit ou tous les producteurs devraient être pour montrer et dire ce qu’ils font, c’est pas au Sima » ironisait Christophe Guicheux, agriculteur à Sylvains-les-Moulins (27) qui consacre deux jours de son temps sur place à expliquer – bénévolement - son métier. « C’est une période où il y a du travail dans les champs mais il faut être là pour ne pas laisser d’autres que nous expliquer notre métier. » Il n’a pas tort : chaque année, l’évènement attire plus de 650 000 personnes, et génère plus de 9 800 retombées presse, pour une audience de 8 millions de personnes sur les réseaux sociaux. Les élus de tous bords se succèdent au salon. Emmanuel Macron y a passé plus de 14 h dimanche. Du jamais vu. Certes, l’élevage est très représenté au salon de l’agriculture, et tant mieux. Comme dans les fermes, les visiteurs sont tellement heureux quand ils y croisent des animaux. Et comme dans les fermes, tôt ou tard, ils rencontrent un engin agricole et on se met à parler des grandes cultures. Au Sia, l’affluence est aussi forte dans le hall qui accueille les productions végétales (hall 2.2) que dans celui qui abrite les animaux (hall 1). Devant la moissonneuse-batteuse, les visiteurs de tous âges font la queue pour monter dans la cabine. Ils patientent de longues minutes en écoutant des producteurs qui se relaient pour répondre à toutes les questions. Les gourmands ont tous repérés le fournil des céréaliers, qui dégage cette bonne odeur de pain cuit. Ici, on façonne et cuit en continu des pains du monde entier. « Nous montrons que le blé français nourrit de nombreuses populations au Maroc, en Egypte,en Algérie, Tunisie. Ici, nous montrons que pour faire une baguette, tout commence dans les champs. Ensuite, c’est toute une filière qui crée de la valeur » souligne David Deprez, agriculteur à Auppegard (76).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole