Aller au contenu principal

Saint-Louis Sucre dévoile son contrat 2020.

Depuis le lundi 17 juin, Thierry Desesquelles, directeur betteravier de Saint-Louis Sucre ainsi que les chefs de services betteraviers (Thomas Nuytten à Roye et Philippe Simonin à Etrépagny) vont à la rencontre des planteurs pour présenter le contrat 2020. Pas moins de 6 réunions ont été organisées.« Après les annonces de restructuration pour renforcer la compétitivité de notre segment sucre dans un contexte de forte dégradation des prix, nous souhaitons aborder avec vous notre avenir commun » a d'emblée précisé Thierry Desesquelles. Côté industriel, des investissements importants sont prévus à court terme pour conforter les capacités des tockage de Saint Louis Sucre et améliorer la compétitivité des usines de Roye et Etrépagny. Et côté planteur, c'est un contrat inédit et attractif que les équipes betteravières ont présenté. La demande de visibilité exprimée par les planteurs au cours des derniers mois a été prise en compte : le contrat comporte un prix garanti de 23,92 EUR/t16° betteraves entières, soit 25,70 EUR/t 16° Forfait Collet, précision utile car Saint-Louis Sucre est le seul industriel à acheter la betterave entière, ce qui signifie 7,5 % de volumes achetés en plus sur lesquels s'appliquent le prix des betteraves mais aussi toutes les primes et indemnités. Le prix garanti s'appliquera sur 70 % des betteraves contractées (les 30 % restantes étant payées au prix SZ4, c'est-à-dire corrélé au prix de vente du sucre des 4 filiales du groupe Südzucker comme dans les contrats antérieurs, selon une grillet ransparente figurant dans le contrat) ; le prix garanti est un prix tout inclus (pulpes, primes et indemnités comprises). Si le prix de vente du sucre SZ4 dépasse 420 EUR la tonne, la grille deviendra plus intéressante que le prix garanti, c'est alors le prix SZ4 qui s'appliquera. Autre proposition de Saint-Louis Sucre : le 1er acompte sera majoré, il passera de 12,50 EURla tonne aujourd'hui à 13,50 EUR.Face à cet engagement fort dela part de Saint Louis Sucre, le planteur s'engagera quant à lui à respecter le contrat (notamment à emblaver les surfaces correspondant aux volumes contractés) et à produire dans la durée les volumes contractés, c'est-à-dire à renouveler en année n+1 (à + ou - 10%près pour tenir compte du parcellaire) les tonnages de l'année précédente. Une enquête va être adressée aux planteurs dans les prochains jours pour connaître leurs intentions. Sur la base des résultats de cette enquête, des volumes à produire seront proposés à chaque planteur dans les semaines qui suivront.

50 MILLIONS D'EUROS POUR ROYE ET ETRÉPAGNY

Face à un marché mondial difficile et une concurrence exacerbée, dans un communiqué « Saint-Louis Sucre entend demeurer un acteur industriel majeur en France, grâce à son outil industriel performant. Sur les deux sites de Roye et Etrépagny, le groupe Südzucker a investi plus de 200 millions d'euros ces 10 dernières années.» Il y a tout juste dix ans, Saint Louis Sucre inaugurait le conditionnement de Roye, une usine entièrement neuve,en face de la sucrerie. « C'esttrès rare dans notre secteur devoir naître une nouvelle usine, souligne François Verhaeghe, directeur industriel de Saint-Louis Sucre. Cette usine a été conçue pour satisfaire les plus hautes exigences de nos clients en matière de qualité et de sécurité alimentaire. Son unité de tamisage perfectionnée permet de créer des recettes très spécifiques pour nos clients industriels. »Le groupe Südzucker a également annoncé sa volonté d'investir 50 millions d'euros à Etrépagny et Roye dans les prochaines années pour « contribuer à renforcer davantage la performance de ces deux sucreries, notamment sur le plan énergétique. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole