Aller au contenu principal

Réorganiser un parcours de pâturage.

En cette période de mise à l'herbe des vaches laitières, un point sur la gestion du pâturage dans le système polyculture-élevage en agroécologie, mis en place sur la ferme expérimentale de La Blanche Maison (50).

A gauche, découpage du parcellaire de pâturage en place
depuis 2017. A droite, nouveau découpage parcellaire (en vert) et réseau d'eau (en orange).
A gauche, découpage du parcellaire de pâturage en place
depuis 2017. A droite, nouveau découpage parcellaire (en vert) et réseau d'eau (en orange).
© CRAN

Vingt-cinq hectares sont réservés au pâturage à La Blanche Maison (50). Cela permet de laisser une surface accessible par vache traite de 30 ares en moyenne sur l'année. Le parcellaire est découpé en 19 paddocks d'une taille de 0,8 ha à 1,6 ha. Chaque année, depuis la mise en place de l'essai, les rendements des prairies de pâturage destinées aux vaches laitières sont comptés. Ces rendements valorisés sont calculés à partir des pesées des récoltes, des hauteurs d'herbe et de l'ingestion des vaches. Ils étaient respectivement de 10,1 tonnes de matière sèche par hectare pour 2017, 6,4 TMS/ha pour 2018 et 9,3 TMS/ha pour 2019.

Au cours de ces trois dernières années, des différences de valorisation du pâturage ont été observées. En effet, le pâturage des vaches est plus difficile dans les parcelles avec une surface plus importante et disposée dans la longueur.

 

DES TRAVAUX ENGAGÉS

Dans le même temps, le réseau d'adduction d'eau datant de la fin des années 80 devenait vieillissant et présentait des fuites de plus en plus nombreuses et difficilement gérables. La ferme expérimentale de Normandie La Blanche Maisona donc fait le choix de refaire le réseau d'adduction d'eau à neuf. Pour ce faire, 1 900 mètres de tuyau ont été posés (1 600 m en diamètre 32 et 300 m en diamètre 25), ainsi que 25 bacs. L'ensemble du dispositif va également être équipé de compteurs d'eau connectés. Ils permettront de mesurer l'eau consommée par les animaux au pâturage et,ainsi, identifier des facteurs devariation de ces consommations. Ces données complèteront celles enregistrées en bâtiment pour une analyse complète de la consommation d'eau des vaches dans le système actuel. Le coût total de l'ensemble tuyaux, raccords et vanne (un robinet à chaque bac) s'élève à 3 000 EUR HT, soit 120 EUR de l'hectare. La fourniture pour les bacs, flotteurs et les accessoires de raccordements est estimé à 7 500 EUR HT - dans le cas de la ferme expérimentale de nombreux bacs et flotteurs ont été réutilisés -, soit 300 EUR par point d'eau. A ceci, il faut rajouter les travaux de terrassement et le temps pour la pose de l'ensemble du dispositif.

 

UNE DISPOSITION AMÉLIORÉE

Ces travaux ont également permis d'améliorer le découpage du parcellaire. Ce dernier est maintenant disposé en 25 paddocks (contre 19 habituellement), d'un hectare chacun et ajustés dans la mesure du possible pour être le moins allongés possible afin d'améliorer la valorisation de l'herbe au pâturage. Les bacs à eau ont été placés de sorte que les vaches aient le moins de distance à parcourir pour venir boire et toujours avoir moins de 200 m entre le bac et le point le plus éloigné de la parcelle. Le choix a été fait de mettre un bac à eau par paddock afin d'augmenter le nombre de vaches pouvant boire simultanément mais il est également possible de mettre un bac pour 2 paddocks. Le coût de l'ensemble du dispositif, amorti sur 10 ans est estimé à 6 EUR par tonne de matière sèche pâturée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
La charte a été officiellement signée le 16 avril lors d'un point agricole avec Simon Babre, préfet de l'Eure.
Charte de déontologie des contrôles.
Les agriculteurs ne sont pas des délinquants en puissance, mais ce ressenti est une pression qui pèse sur leurs épaules : comment…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole