Aller au contenu principal

Rentrée FNSEA : « enrayer le déclin de l'agriculture française ».

« Arrêter les discours et passer aux actes. » Tel pourrait être résumé l'esprit de la rentrée syndicale de la FNSEA qui entend remettre l'agriculture française sur les rails de la compétitivité.

Arnaud Rousseau, président de la FNSEA et Hervé Lapie, secrétaire général de la FNSEA lors d'une conférence de presse le 31 août à Paris.
Arnaud Rousseau, président de la FNSEA et Hervé Lapie, secrétaire général de la FNSEA lors d'une conférence de presse le 31 août à Paris.
© © CS-ACTUAGRI

« Enrayer le déclin de l'agriculture française sera le défi des prochaines années », a déclaré Arnaud Rousseau, président de la FNSEA lors d'une conférence de presse le 31 août à Paris. Établissant un parallèle avec la perte de souveraineté énergétique, principalement dans le nucléaire, il s'est inquiété des baisses de production constatées dans de nombreux secteurs agricoles (viande bovine, lait, etc.), ce qui grève nos capacités futures. « Même le porc, secteur dans lequel nous étions autosuffisants, passe sous la barre des 100 % », a-t-il poursuivi, alarmé par la hausse des importations dans de nombreux domaines (fruits, légumes, volailles, viande bovine...) mais aussi de la baisse de nos exportations. « C'est le cas pour la farine (...) le cognac recule dangereusement aux Etats-Unis », a-t-il illustré, se refusant toutefois à jouer « les marchands de peur ». Ce qu'il souhaite avant tout, c'est un sursaut de la part du gouvernement pour qu'il remette la Ferme France sur de bons rails et que ce gouvernement « soit cohérent entre ses paroles et ses actes ». « On ne peut pas d'un côté dire qu'il faut muscler notre souveraineté alimentaire et de l'autre faire de l'alimentation la variable d'ajustement du portefeuille des Français ». Pour lui, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, « ne paraît pas cohérent quand il affirme d'une part que les prix agricoles ne seront pas impactés par la baisse des prix et qu'il garantit, d'autre part, vouloir faire baisser le prix de l'alimentation ». Le secrétaire général de la FNSEA, Hervé Lapie, pointe aussi cette sorte de distorsion cognitive de la part du gouvernement qui impose un gel des surfaces de 4 % et qui, dans le même temps, demande de produire plus de biomasse pour participer à la transition énergétique.

 

« MOYENS DE PRODUIRE »

A plus court terme, c'est le Pacte et loi d'orientation et d'avenir agricoles (PLOA) qui va mobiliser la FNSEA. A l'heure où ces lignes sont écrites, peu d'informations ont fuité sur son contenu. Le ministre en dira plus à l'occasion de Terres de Jim, la grande manifestation organisée par Jeunes Agriculteurs (JA) les 8, 9 et 10 septembre à Cambrai (Nord). La FNSEA souhaite de son côté adjoindre un « volet compétitivité » à ce texte qui devrait être présenté au Parlement pour une première lecture dans le courant du mois de décembre. Ce chapitre compétitivité pourrait s'inspirer, en partie, du rapport du sénateur Laurent Duplomb (LR, Haute-Loire)* qui pointe la stratégie du « tout monter en gamme » car « le risque est réel de voir un affaissement du potentiel productif agricole français, au détriment de notre souveraineté alimentaire », souligne celui-ci. A mots couverts, Arnaud Rousseau plaide pour que les agriculteurs français produisent pour tous les profils de consommateurs, français et mondiaux et qu'on leur donne aussi les « moyens de produire », a-t-il insisté. Dans sa ligne de mire, les interdictions de certains produits phytosanitaires qui pénalisent les productions françaises, à l'image du glyphosate pour lequel l'Agence de sécurité sanitaire européenne (EFSA) a estimé qu'il n'y avait pas « de domaine de préoccupation critique ». Or à raison d'1,5 litre par ha, cette substance est le moyen efficace pour pratiquer la conservation des sols, estiment les agronomes. Dans un souci de cohérence avec les objectifs agroécologiques du gouvernement, la FNSEA souhaiterait que le glyphosate voie son agrément renouvelé à la mi-décembre. Ne pas rouvrir la guerre des prix, tout en assurant la souveraineté alimentaire ainsi que la transition agroécologique constituent de véritables défis. Tous ces sujets, de même que la Redevance pollution diffuse le gazole non routier le futur plan Ecophyto 2030, ou encore la prédation devraient être abordés lors de la rencontre entre Arnaud Rousseau et le président Emmanuel Macron le 7 septembre.

(*) Rapport d'information n° 905 sur la compétitivité de la Ferme France (septembre 2022). Disponible sur le site Internet du Sénat.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Le cru 2024-2026 du conseil d'administration JA 27. "Une jeune équipe ambitieuse qui prend place", tels ont été les premiers mots de son nouveau président Romain Loiseau, installé depuis 2020 dans le Pays d'Ouche (volaille label, pomme et vache allaitante).
JA 27 : la nouvelle équipe dans les starting-blocks.
Romain Loiseau est le nouveau président de JA 27. Il succède aux deux coprésidents Christophe Chopin et Denis Phiquepron.…
Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole