Aller au contenu principal

Rencontre entre la FNSEA et la ministre de la justice.

Les attaques verbales et physiques commises à l’encontre des agriculteurs augmentent.

Rencontre FNSEA - Ministre de la Justice
Rencontre FNSEA - Ministre de la Justice
© Actuagri

Face à l’augmentation des attaques verbales et physiques de plus en plus violentes, commises à l’encontre des agriculteurs en raison de leur activité d’éleveur ou de l’utilisation de phytosanitaires, et face à la banalisation de ce phénomène notamment dans les médias, Christiane Lambert et Jérôme Despey ont rencontré le 7 janvier, suite à un échange courrier, Nicole Belloubet, la ministre de la Justice, afin de déterminer comment il est possible de faire évoluer le droit dans le but de sanctionner plus durement ces actes.

 

DES SANCTIONS PLUS DURES

Après avoir axé son action sur la prévention des attaques commises à l’encontre des agriculteurs, en collaborant avec la direction générale de la Gendarmerie nationale et le ministère de l’Intérieur dans le but d’établir une convention de partenariat signée le 13 décembre dernier dans le Finistère, la FNSEA s’attelle maintenant à la question des sanctions encourues par leurs auteurs. La FNSEA sait en effet que le gouvernement met tout en oeuvre pour prévenir, poursuivre et sanctionner les auteurs de ces actes. Mais selon elle, ces efforts et cette volonté politique affichée ne pourront aboutir que si le droit pénal reconnait la spécificité du monde agricole et les conséquences des attaques qu’il subit. Aussi, après avoir exposé la situation très difficile actuellement subie par les agriculteurs, la FNSEA a exprimé sa volonté de voir évoluer le droit afin que ces actes soient sanctionnés plus durement. Car, l’intrusion dans une exploitation agricole a des conséquences beaucoup plus graves qu’une simple pénétration dans un domicile privé. La violation des normes sanitaires et des règles de bio sécurité applicables peut mettre en danger, non seulement les animaux de l’exploitation voire les intérêts économiques de toute une filière en cas de contamination, mais aussi les consommateurs eux -mêmes.

La FNSEA a ainsi demandé à la ministre que toute intrusion dans une exploitation agricole soit condamnée via une infraction spécifique et que les sanctions prévues soient proportionnelles aux risques sanitaires encourus en conséquence d’un tel acte. Lors de cette rencontre, la FNSEA a bénéficié d’une écoute très attentive de la part de la ministre de la Justice qui partage la préoccupation et le besoin d’un signe politique fort et efficace qui puisse se concrétiser. Cependant, si la ministre juge indispensable d’agir politiquement, elle tient à être prudente concernant l’action juridique.

 

TRAVAIL ENCOLLABORATION

Créer une infraction spécifique de type « intrusion dans un bâtiment agricole » présente le risque de mettre à mal les principes constitutionnels de lisibilité et de stabilité du dispositif législatif. Après discussions, il a ainsi été proposé que la FNSEA et le ministère de la Justice travaillent ensemble à la création d’une circonstance aggravante justifiée par l’existence de règles de biosécurité applicables à certains bâtiments et par les conséquences graves susceptibles d’être entraînées par leur violation en cas d’intrusion, permettant in fine, une sanction plus sévère qu’une simple violation de domicile. Le principal intérêt de cette proposition est de concilier notre préoccupation de plus grande sévérité et les principes de sécurité juridique. Un contact avec l’équipe de la ministre a d’ores et déjà été établi afin que les travaux de réflexion démarrent.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Le cru 2024-2026 du conseil d'administration JA 27. "Une jeune équipe ambitieuse qui prend place", tels ont été les premiers mots de son nouveau président Romain Loiseau, installé depuis 2020 dans le Pays d'Ouche (volaille label, pomme et vache allaitante).
JA 27 : la nouvelle équipe dans les starting-blocks.
Romain Loiseau est le nouveau président de JA 27. Il succède aux deux coprésidents Christophe Chopin et Denis Phiquepron.…
Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole