Aller au contenu principal

Régionales : les têtes de listes ont passé leur oral agricole.

FRSEA, JA et Chambre régionale d’agriculture de Normandie ont, lundi dernier, invité les têtes de listes aux régionales (ou leur représentant) pour apporter leur vision de l’agriculture « le Conseil régional est doté de compétences économiques agricoles », a justifié Anne-Marie Denis, présidente de la FRSEA de Normandie. Extrait des différentes interventions sans parti pris, et après... Aux urnes citoyens.

© TG

HERVÉ MORIN - LES CENTRISTES

« L’agriculture restera une grande priorité régionale. Notre ligne directrice sera d’adapter le second pilier de la PAC au réchauffement climatique. Il nous faut aussi mieux accompagner et soutenir les produits cidricoles, soutenir des filières novatrices (lin, chanvre...), développer des sources de revenus complémentaires comme la méthanisation même si c’est compliqué, utiliser l’énergie solaire, améliorer l’autonomie alimentaire des élevages... Nous avons tenu nos engagements. Au cours du précédent mandat, plus d’une exploitation sur deux a bénéficié du soutien de la Région. »

 

SÉBASTIEN JUMEL - PCF - FI

« Je ne suis pas là pour porter la parole d’un groupe, mais pour porter la parole d’un territoire. Deux sujets sont prioritaires : l’installation et la question de la pression foncière. J’aborde les questions agricoles avec beaucoup d’humilité, j’ai beaucoup à apprendre. Je suis dans une démarche d’écoute sans idéologie. Ce que l’on vous impose comme contraintes, il faut l’imposer au produit entrant donc pas de Ceta et pas de Mercosur. Sur le glyphosate, et en tant que maire, je n’ai pas pris d’arrêté d’interdiction, mais il faut accompagner la recherche publique pour en sortir. Enfin il faut progresser sur le Made in Normandie. »

 

STÉPHANIE KERBARH - SANS ETIQUETTE

« Ce que nous proposons, c’est une méthode : la concertation. Cela fait partie de notre ADN. Je sens la défiance des citoyens vis-à-vis des agriculteurs. La Région doit être à vos côtés pour vous accompagner dans la communication. Il faut décliner régionalement des plans nationaux comme le plan pollinisateur. Nous pourrions mettre en place la fourniture de doses de semences mellifères pour les couverts. Autre piste : créer une filière noisettes pour répondre aux besoins de biscuiteries régionales qui utilisent de la poudre de noisette... La captation carbone par l’agriculture n’est pas rétribuée, la Région pourrait faire quelque chose. »

 

TIMOTHÉE HOUSSIN - RASSEMBLEMENT NATIONAL

« La Région consacre 4 % de son budget à l’agriculture. Il faut que cette part soit augmentée en faisant des économies par ailleurs. Une de nos priorités, c’est l’installation de jeunes agriculteurs. Il faut faire encore plus pour aller chercher des crédits européens. Nous sommes favorables à une union européenne moins contraignante. La Région pourrait se porter garante des exploitations qui se mettent aux normes. Il faut aussi soutenir les petits abattoirs et pourquoi pas accompagner l’abattage à la ferme car l’ouverture de Carentan ne suffira pas. »

 

LAURENT BONNATERRE - LA RÉPUBLIQUE EN MARCHE

« Je suis marqué, au cours de cette campagne, par le bashing. Je suis choqué de la division profonde qui règne dans notre société. La Région devra donc financer de la communication positive, financer chaque fois que nécessaire le portage foncier. Il n’y a pas d’agriculture sans agriculteurs, il faut donc veiller au renouvellement des générations. Il n’y a pas de pays forts sans une agriculture forte, et la crise sanitaire a souligné l’importance de la souveraineté alimentaire... Le budget agriculture de la Région, c’est 1,4 %, c’est beaucoup plus faible que dans d’autres régions. »


MÉLANIE BOULANGER - UNION SOCIALISTE-ECOLOGISTE

« L’agriculture façonne notre alimentation et nos territoires. Il faut accompagner davantage ceux qui veulent aller dans la transition comme le bio. Mais 5 ans d’accompagnement, ce n’est peut-être pas assez. Il faudrait sans doute par ailleurs plafonner certaines aides pour qu’elles profitent à un maximum d’exploitations... Etre pour le bien-être animal ne veut pas dire que nous sommes contre l’abattage des animaux. Je mange de la viande... Je ne suis pas pour la réintroduction des néonicotinoïdes, car c’est un produit qui a tué les abeilles. On ne subventionnera pas les produits qui tuent la nature. »

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les candidats :

Hervé Morin - Union de la Droite, du Centre et des Indépendants - Vivre la Normandie

Mélanie Boulanger - Le rassemblement de la Gauche et des écologistes - La Normandie nous rassemble

Nicolas Bay - Rassemblement national - Faire gagner la Normandie

Sébastien Jumel - PC, FI - La Région qui prend soin, La Normandie qui nous ressemble

Laurent Bonnaterre – LREM - Normandie terre d’avenir

Stéphanie Kerbarh - SE - Pour vous, avec vous

Pascal Le Manach - Lutte ouvrière - Faire entendre le camp des travailleurs

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole