Aller au contenu principal

Quel avenir pour l’élevage français ?

La Fédération nationale bovine (FNB) a organisé le 25 janvier, une conférence de presse à Paris, pour faire un point de situation sur l’élevage français. Son président, Bruno Dufayet, a annoncé qu’il ne se représenterait pas pour un troisième mandat.

46 % des bovins allaitants sont détenus par des exploitants âgés de plus de 55 ans
46 % des bovins allaitants sont détenus par des exploitants âgés de plus de 55 ans
© © iStock-Olivier DJIANN

« Quel élevage allaitant veut-on en France et en Europe à l’horizon 2050 ? ». Tel est le thème général du congrès de la FNB qui entend mettre à plat un certain nombre de dossiers, et surtout « remettre en adéquation la production et la consommation de viande bovine française », a précisé son président, Bruno Dufayet qui ne brigue pas de troisième mandat. En 2022, les Français ont en moyenne consommé 1,5 kg de viande rouge en moins que l’année précédente. Une tendance qui se retrouve dans les chiffres des abattoirs qui ont vu leur production chuter de 4 % l’an dernier. « On commence à être en pénurie de viande française », se sont inquiétés les dirigeants de la FNB. Fin octobre dernier, le quart des viandes rouges consommées en France provenaient de l’étranger, contre environ 19 % en 2019, a précisé, le secrétaire général, Cédric Mandin. Les importations de viande bovine ont augmenté de + 6 % sur un an. Pour redorer le blason de la viande française, il faudra également juguler la décapitalisation du cheptel allaitant qui a atteint - 3 % en 2022, ce qui correspond à 110 000 vaches allaitantes. « Sur la période 2016-2022, on a perdu, en tout, 837 000 vaches : 500 000 allaitantes et 337 000 laitières », s’est agacé Bruno Dufayet qui a fait état d’autres sujets de crispation. Les zones les plus touchées sont notamment la Bourgogne où la taille des exploitations conjuguée au manque de perspectives économiques dissuade les jeunes agriculteurs de s’installer. Dans l’Ouest, la capacité à s’engager dans d’autres productions (notamment les grandes cultures) accélère le processus de décapitalisation. « On choisit des alternatives qui rassurent. Les éleveurs font aussi des arbitrages », a concédé Emmanuel Bernard, vice-président de la FNB.

 

CONTRACTUALISATION OBLIGATOIRE

Pour remettre la filière française sur les rails, il faudra aussi s’atteler au renouvellement des générations car 46 % des bovins allaitants sont détenus par des exploitants âgés de plus de 55 ans. « Si rien n’est fait, les vaches ne reviendront pas et il sera compliqué de faire machine arrière », a soutenu le président de la FNB qui veut « donner un cap à l’élevage allaitant ». C’est d’ailleurs l’une des demandes spécifiques de la FNB pour la future loi d’orientation agricole : définir précisément ce qu’est un élevage durable. « Nous allons challenger le ministre sur ce sujet lors de notre table ronde au congrès », a-t-il assuré, précisant que pour la FNB, cette définition d’élevage durable tenait en peu de mots : « 70 vaches par actif sur 70 ha en système herbager », a-t-il résumé. Pour y parvenir, l’une des solutions pourrait venir de la contractualisation, « un système que les abattoirs commencent à comprendre pour sécuriser leurs approvisionnements », a expliqué Cédric Mandin. Encore faut-il que tout le monde joue le jeu. Or les grandes enseignes « se moquent des démarches des éleveurs tant qu’elles ont leurs marges. Elles ne sont pas rentrées dans la logique de la loi », s’est agacé Bruno Dufayet. Pis, selon Cédric Mandin : « la loi rend cette contractualisation obligatoire. Mais peu d’acteurs de l’aval respectent cette obligation ». « Parce que ce sont les éleveurs qui proposent les tarifs et que l’aval coince pour contractualiser à partir du coût de production », a précisé Patrick Bénézit, vice-président de la FNB.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole