Aller au contenu principal

Quel avenir pour le service de remplacement ?

Le 3 décembre dernier s’est tenue l’assemblée générale annuelle du service de remplacement, association à but non lucratif. Le bilan de l’année 2019 est satisfaisant pour cette structure à la veille d’un grand bouleversement.

© PIXABAY

En raison de la crise sanitaire, l’assemblée générale du servicede remplacement de l’Eure (SR) s’est déroulée en visioconférence ce qui a permis aux agriculteurs des quatre coins du département de la suivre. Patrice Noël a présidé cette réunion de son domicile. Le SR a connu une augmentation de son nombre d’heures de remplacement de +28 % sur 2019 par rapport à 2018. Cela touche à tous les motifs de recours au remplacement. Rappelons qu’il peut se faire pour partir en vacances ou juste prendre un week-end ou une soirée, pour gérer ses absences liées à des actions de formation ou des réunions professionnelles agricoles, pour organiser son indisponibilité à la suite d’un accident ou une maladie et enfin pour profite rde l’arrivée au sein du foyer d’un enfant (naissance ou adoption) via le congé maternité et paternité.

C’est grâce à l’engagement plus de 100 adhérents et du travail intermittent de 70 agents de remplacement que cela a été possible. De grands projets ont également été engagés sur l’année 2019, comme un travail de refonte du contrat collectif de remplacement Groupama dont les débouchés seront pour 2021 et par l’étude d’un modèle de fonctionnement optimal pour les SR.

Le rapport financier quant à lui est plus que bon avec un résultat positif et un très bon équilibre des dépenses/recettes. Cette situation saine est le résultat des décisions de gestion prises sur les années antérieures. Ces bons chiffres cachent portan tun casse-tête au quotidien. En effet, pour satisfaire toutes les demandes, la recherche de main d’oeuvre autonome, disponible et à proximité du lieu d’exploitation est l’activité la plus angoissante de l’équipe administrative. Faute de pouvoir concrétiser des emplois à durée indéterminée, le turn-over y est continuel et cela malgré de très bons profils. Les besoins et demandes de remplacement ne sont pas assez importants pour permettre la signature de CDI.

Dans son rapport moral, Patrice Noël, satisfait de ce bilan annuel, revient néanmoins sur la situation statutaire de la structure. Bien qu’élu au sein du conseil d’administration, il se doit de respecter les statuts signés il y a 9 ans. Cela implique qu’il ne peut plus occuper la place de président. A l’issue de cette assemblée et depuis plusieurs mois maintenant, il renouvelle son appel pour identifier une personne engagée pour afin d’assurer le rôle de président du SR 27. A tous les adhérents, les candidatures sont ouvertes…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole