Aller au contenu principal

Projet Valnor : valorisation de la viande de race Normande.

Les bovins de race Normande sont très ancrés dans leur berceau d’origine, la Normandie, première région herbagère de France. Le cheptel bovin régional est le 2e en nombre d’animaux pour la filière laitière, et le 2e en production de viande issue du cheptel laitier (en incluant vaches, bœufs et jeunes bovins). La race Normande est dite « mixte », avec des qualités à la fois laitières et bouchères.

© JP

Depuis quelques années, la valorisation de la race s’est essentiellement centrée sur les qualités laitières de la Normande. La filière régionale a souhaité relancer la valorisation de la viande de race Normande, à travers la construction d’un projet régional, financé par la région Normandie via des fonds européens et régionaux (PEI-AGRI), le projet Valnor.

Ce projet, centré sur l’optimisation de la valorisation de la viande de vache normande de réforme, a débuté en janvier 2020 et doit s’achever en mars 2023. Il est copiloté par l’Institut de l’Elevage et par l’Interprofession bovine régionale, regroupant de nombreux partenaires régionaux de l’ensemble de la filière (Organisme de Sélection en race Normande (OSN), Filière Qualité Race Normande (FQRN), les abattoirs Socopa Coutances, Socopa Gacé, Socopa Le Neubourg, Les Eleveurs de la Charentonne, la Société Grosdoit, la Société La Chaiseronne). L’Université de Caen et la ferme expérimentale de la Blanche Maison participent également au comité de pilotage. Les objectifs de ce projet sont d’optimiser les conditions de production de la viande de vache Normande, en vue de produire une viande de qualité supérieure, créatrice de valeur ajoutée pour les éleveurs laitiers et la filière viande bovine de Normandie. En outre, l’objectif est également de proposer des éléments pour une communication concertée autour de ces produits, et ainsi favoriser leur meilleure valorisation via la production de références concernant l’ensemble des aspects de la qualité de la viande de vache Normande.

Ce projet est organisé en différentes actions techniques. Il comprend un état des lieux de la qualité des carcasses et du persillé de la viande de race Normande ainsi que la réalisation d’enquêtes en élevage afin d’identifier des pratiques de finition vertueuses. La comparaison de modes de finition de vaches Normandes sera réalisée à travers des essais en station expérimentale. Enfin, la réalisation de focus groups et d’enquêtes auprès de consommateurs avec dégustation de produits permettront une évaluation de la qualité de la viande produite en lien avec les attentes des consommateurs.

La première répétition de l’essai expérimental de comparaison de rations de finition a eu lieu durant le printemps et l’été 2021 au CIRBEEF à Mauron. 45 vaches Normandes ont été réparties en 3 lots. L’objectif de l’essai était de réaliser la finition de ces vaches en 80 à 100 jours, en testant trois conduites alimentaires : une conduite avec 100% pâturage, une conduite à l’auge avec 2/3 d’enrubannage d’herbe et 1/3 d’ensilage de maïs, avec une complémentation énergétique (blé), et une conduite à l’auge avec 100% d’ensilage de maïs et une complémentation au tourteau de colza. Les vaches ont été abattues en 3 fois entre début juin et fin juillet.

 

Premiers résultats

Les premiers résultats de cet essai montrent une durée totale moyenne d’engraissement de 105 jours, avec 69 à 75 jours en essai selon les lots. Le poids de carcasse moyen pour l’ensemble des lots est de 375 kg de carcasse, avec un rendement carcasse allant de 47 à 49 % selon les lots pour une note de conformation moyenne O= et une note d’état d’engraissement de 3 (carcasses finies). En outre, une évaluation des différents dépôts de gras sur les carcasses a également été réalisée, notamment du persillé (gras intramusculaire lié aux qualités en bouche du produit). L’analyse complète de ces résultats sera réalisée suite au second essai expérimental qui sera réalisé de mars à juillet 2022.

L’Interprofession bovine régionale, en lien avec l’Institut de l’Elevage, a organisé durant la seconde quinzaine de novembre 2021 une réunion destinée aux éleveurs de bovins normands, en lien avec les structures d’abattage et les partenaires du projet, afin de présenter ces premiers résultats et d’échanger autour des caractéristiques des carcasses des vaches Normandes. Une seconde réunion sera organisée début 2022.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
La charte a été officiellement signée le 16 avril lors d'un point agricole avec Simon Babre, préfet de l'Eure.
Charte de déontologie des contrôles.
Les agriculteurs ne sont pas des délinquants en puissance, mais ce ressenti est une pression qui pèse sur leurs épaules : comment…
Participez au programme Giverni.

Les bovins sont capables d'acquérir une résistance aux strongles de l'intestin et de la caillette. Peut-on mettre en évidence…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole