Aller au contenu principal

Produits normands au menu des lycées, encore un effort…

Le bilan à mi-parcours du plan « Je mange normand dans mon lycée » a été présenté le 26 novembre à Canteleu.

« Le frein, ce n’est pas le prix », estime Hervé Morin
« Le frein, ce n’est pas le prix », estime Hervé Morin
© LG

« Mon objectif, c’est 80 % de produits normands servis dans nos établissements d’ici 2021  », martèle Hervé Morin, qui a fait le bilan à mi-parcours de son plan lancé en 2017, baptisé « je mange normand dans mon lycée  ». Mardi 26 novembre au lycée hôtelier Georges Baptiste de Canteleu, tous les partenaires de l’opération sont venus partager les constats. « Nous avons mené une étude dans 109 cantines de lycées normands, en croisant les données fournies par les établissements et leurs fournisseurs, qui nous permet d’évaluer précisément le pourcentage de produits normands servis dans nos restaurants scolaires . »


ENCORE UNE MARGE DE PROGRESSION IMPORTANTE

Sur les 86 000 repas servis chaque jour, 40 % sont des produits locaux, la marge de progression est donc encore intéressante pour les agriculteurs en circuit court. Le président régional souligne « des disparités importantes, avec 60 % dans certaines cantines, et jusqu’à 30 lycées qui ne jouent pas du tout le jeu  ».

Depuis le lancement, une loi a été votée et impose 20 % de bio et 30 % d’agriculture durable dans les assiettes en 2022.

Le budget régional pour les 13 millions de repas annuels servis en Normandie est estimé à 25 millions d’euros. Aujourd’hui, sur cette somme, il y a bien 7 millions d’euros qui vont aux produits normands.

Le plan ambitionne de porter ce nombre à 14 millions d’euros. « Le prix n’est pas un sujet, le frein étant plutôt culturel,  estime Hervé Morin. Pour preuve, on retrouve dans la même commune – La Ferté Macé (61) – à la fois le meilleur et le plus mauvais élève.  »

Si on entre dans le détail, tous les produits ne sont pas logés à la même enseigne, avec des résultats parfois surprenants. « Seulement 30 % de produits d’origine normande en produits laitiers, ce n’est pas acceptable, note le président. Par contre, on est bon en viande, même sur le porc  ». Moins surprenant, en bio, les résultats sont mauvais. Hervé Morin espère cependant que ce sera rattrapé avec la conversion annoncée de 750 exploitations normandes d’ici 2020, qui porteront le nombre de fermes bios à 2 000 en Normandie.

Comment améliorer le score ? Dans l’agglomération rouennaise, le regroupement pour acheter les denrées alimentaires est « trop important  », d’après Hervé Morin. Pour pouvoir fournir, il faut du tonnage. Les grossistes vont être convoqués pour qu’ils jouent le jeu également. « A prix égal, qu’ils fassent travailler les produits normands !  ». Pour gagner du budget, cela passe aussi par la lutte contre le gaspillage alimentaire.

« La moyenne par plateau est de 18 grammes  ». L’argent économisé pourrait servir à acheter des produits locaux. Autre piste, les lycéens ont exprimé le besoin d’avoir accès à des repas à emporter et pour éviter qu’ils aillent manger à l’extérieur, dans les fast-foods, la Région va leur proposer cette option.

« Des parents d’élèves nous demandent pourquoi il ne se passerien dans l’établissement de leurs enfants. Nous allons être transparents  », explique Hervé Morin. « Nous allons commencer par écrire aux membres des conseils d’administration des lycées pour faire un état de la situation de chaque établissement (…) L’enjeu n’est pas qu’économique,  rappelle Hervé Morin, c’est aussi celui du développement durable. Je rappelle qu’il y a une urgence gigantesque par rapport au climat. Nous avons gagné 2 °C de plus. Chacun doit faire un effort pour participer à ce combat  ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole