Aller au contenu principal

Prairiales : à Cordey, les moyens pour contrer le stress thermique.

Depuis plusieurs années, la Normandie subit des pics de chaleur en été. En cinquante ans, la région a gagné 1,6 degré en moyenne annuelle. Eleveuse laitière à Cordey, dans le Calvados, Anne-Marie Lebreton a engagé des moyens pour améliorer le confort de ses vaches et éviter les baisses de production.

Anne-Marie Lebreton, éleveuse laitière à Cordey, dans le Calvados et Etienne Doligez, directeur technique adjoint à Littoral normand
Anne-Marie Lebreton, éleveuse laitière à Cordey, dans le Calvados et Etienne Doligez, directeur technique adjoint à Littoral normand
© DR.

Depuis deux ans, Anne-Marie Lebreton s'inquiète des pics de chaleur qui commencent dès la fin du printemps. Ses vaches, installées en bâtiment avec robot et accès au pâturage, souffrent. En 2019, elle se souvient « des rivières de bave devant les logettes ». Les vaches ne sortent pas, sont apathiques et halètent sans arrêt.

Côté production, l'éleveuse de Cordey, près de Falaise, dans le Calvados, déplore une baisse sur plusieurs jours même après la fin du pic, « la production chute brutalement et reprend difficilement après », confirme Etienne Doligez, directeur technique adjoint à Littoral Normand. Les gestations sont aussi menacées.

 

Chaleur et humidité

En 2019, elle fait appel à Littoral Normand qui lui conseille l'application Thermotool. « Je m'aide d'abord avec cet outil qui m'alerte en cas d'annonce de stress thermique », retrace Anne-Marie Lebreton. « On s'aperçoit qu'on a des pics très hauts et parfois très précoces dans la saison, avec des écarts de température importants », ajoute Etienne Doligez. L'application calcule l'indice température/humidité pour les vaches laitières. La chaleur n'est pas la seule responsable de l'inconfort des animaux, « c'est l'addition de chaleur et d'humidité, élevée en Normandie, qui provoque le stress thermique », précise le directeur adjoint.

 

Prévenir les pics

« Je me rends compte que le plus important, c'est d'anticiper le stress thermique », affirme Anne-Marie Lebreton. « J'incorpore le complément alimentaire Thermo'San dans la ration, 48 heures avant le pic ». En fonction de l'intensité prévue, elle ajoute entre 50 et 200 g/vache/jour de ce composé de sel, minéraux, sels d'acides organiques et d'extrait de plantes. Elle complète la ration avec de l'eau : « ça leur permet de boire d'une autre façon et de rendre la ration plus appétente, car elle se dessèche avec la chaleur », elle y intègre entre 3 et 8 litres par jour. Elle observe aussi les graphiques du logiciel Farmlife, relié au collier des vaches. « Quand elles halètent, enseigne Etienne Doligez, elles font le même mouvement que quand elles ruminent de façon plus amplifiée », ce qui lui donne une indication sur l'état de chaque animal. Il prévient, « si on ne fait rien, les vaches ont tendance à moins manger », ce qui fait baisser la production.

 

De l'air et du frais

Après une année 2019 particulièrement difficile, Anne-Marie Lebreton était prête pour affronter 2020. « Les pics ont été moins intenses, mais plus longs », retrace l'éleveuse : 29 jours de stress thermique, contre 32 en 2019. Elle a ajouté des brumisateurs dans la stabulation, « on a brumisé trop longtemps au début, avant de se rendre compte qu'il faut les programmer sur des périodes courtes, plusieurs fois par jour ». Elle a aussi enlevé du bardage pour mieux ventiler le bâtiment, assez large en raison d'agrandissements successifs. « J'ai l'idée d'installer des filets réglables pour améliorer l'aération. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Le cru 2024-2026 du conseil d'administration JA 27. "Une jeune équipe ambitieuse qui prend place", tels ont été les premiers mots de son nouveau président Romain Loiseau, installé depuis 2020 dans le Pays d'Ouche (volaille label, pomme et vache allaitante).
JA 27 : la nouvelle équipe dans les starting-blocks.
Romain Loiseau est le nouveau président de JA 27. Il succède aux deux coprésidents Christophe Chopin et Denis Phiquepron.…
Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole