Aller au contenu principal

Port de Rouen : l’export de céréales vers un record historique.

Fin juin, les exportations de céréales via le port de Rouen devraient se rapprocher du record historique des 9.2 millions de tonnes

L’activité céréales a dopé le trafic du port de Rouen.
L’activité céréales a dopé le trafic du port de Rouen.
© HAROPA PORT DE ROUEN

« Le trafic du port de Rouen a augmenté de 10 % et l’activité céréales est en grande partie responsable de cette situation. On s’achemine vers une année historique. Au 30 juin, on devrait atteindre les 9 millions de tonnes de blé et d’orge exportées principalement vers les pays du Maghreb, Algérie et Maroc. Depuis le 1er avril, les tonnages traités sont du surplus par rapport à l’année dernière », explique Éric Eskinazi, directeur adjoint de la Bourse de Commerce de Rouen. Ces très bons chiffres d’exportation sont principalement dus à la qualité exceptionnelle de la récolte 2019. « L’excellent rapport qualité/prix des céréales françaises est la première raison de ce record historique. Nous sommes compétitifs et avons une marchandise d’une qualité extraordinaire avec un niveau de protéine élevé. En second lieu, la crise du Covid-19 a également eu un impact sur l’activité du port de Rouen : avec la pandémie, l’Algérie et le Maroc ont acheté plus de blé panifiable pour préserver leur population de pénurie alimentaire. De plus, les dockers argentins et brésiliens ont fait valoir leur droit de réserve et les bateaux n’ont pas été chargés dans ces pays », précise Stéphane Ménard, président de la BCR. Dans les semaines à venir, on s’attend à un ralentissement progressif, mais ce qui est tout à fait normal car la fin de campagne approche.

 

UN OUTIL CÉRÉALIER CAPABLE DE RÉPONDRE À LA DEMANDE

63 % des blés qui partent de Rouen prennent la direction de l’Algérie. 500 000 tonnes seront à sortir en juin pour ce pays. Le Maroc reviendra également sur le marché. Cette forte dépendance à l’Algérie incite à trouver de nouvelles destinations, en particulier les pays d’Afrique de l’Ouest qui sont des marchés à développer. « Avec cette campagne d’exportation extraordinaire, il n’y aura plus beaucoup de stocks de report. La récolte 2020 sera certainement plus faible. Les surfaces semées en blé ont diminué de 5% et on s’attend à une production moindre. Il y a eu beaucoup d’emblavements d’orge d’hiver et de printemps mais le marché de l’orge ne connaît pas un gros dynamisme. Moins cher que le blé, l’orge devrait intéresser les fabricants d’aliments et laisser la place pour le blé à l’export. Bien sûr tout cela dépendra de la qualité de la récolte », ajoute le président. Avec la crise du Covid-19, le port du Havre a souffert de la baisse du trafic des containers de 30 % ainsi que de la diminution des importations des produits pétroliers. Le port de Rouen a, quant à lui, poursuivi son activité grâce à la grande diversité des trafics. « Tous les silos fonctionnent très bien. L’acheminement de la marchandise jusqu’au port n’a pas été impacté. Il y a eu un bon développement de la partie fluviale et ferroviaire dans une moindre mesure. Le routier reste bien sûr prédominant. Nous avions des craintes par rapport à l’approvisionnement des silos mais tout s’est très bien passé. Nous avons eu très peu de problèmes liés au Covid-19. Tout le personnel des entreprises du port est heureusement en bonne santé et fonctionne à 80 %. C’est un secteur d’activité habitué à porter des masques pour se protéger de la poussière. L’outil port de Rouen est bien dimensionné pour faire face à des surcroîts de travail et nous pouvons être très satisfaits car l’outil d’exportation céréalier fonctionne bien et répond à la demande », conclut Éric Eskinazi.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
La charte a été officiellement signée le 16 avril lors d'un point agricole avec Simon Babre, préfet de l'Eure.
Charte de déontologie des contrôles.
Les agriculteurs ne sont pas des délinquants en puissance, mais ce ressenti est une pression qui pèse sur leurs épaules : comment…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole