Aller au contenu principal

Pollinisation des abeilles sur le rendement du colza.

Les abeilles plus rentables que les pesticides pour la culture du colza ? La diffusion d’un communiqué de presse de l’Inra et du CNRS qui l’affirme, publié dans l’Eure agricole et rurale le 17 octobre, mérite un éclairage de Terres Inovia.

Terres Inovia donne son éclairage sur une étude
récente de l’Inra et du CNRS
Terres Inovia donne son éclairage sur une étude
récente de l’Inra et du CNRS
© PIXABAY

En ce qui concerne la contribution des insectes pollinisateurs au rendement du colza, les résultats de l’étude de l’Inra sont bien conformes à l’ensemble des connaissances actuelles. On peut toutefois remarquer que les chiffres mis en avant dans la communication reprennent les valeurs extrêmes des observations.

Le bénéfice réel des pollinisateurs que peuvent attendre les producteurs sera généralement moindre et très variable – mais reste malgré tout à préserver dans une approche gagnant-gagnant (agriculteur/pollinisateurs/apiculteurs).

Le fait d’interdire l’accès aux insectes par outils d’exclusion sur les hampes de colza réduit la nouaison de 30 %. Ce chiffre est totalement en cohérence avec les références actuelles. Il est représentatif de la contribution maximale attendue des insectes pollinisateurs à la production grainière du colza.

Mais attention, il ne représente pas l’impact attendu sur le rendement. La pollinisation a un impact sur une des composantes de rendement du colza, le taux de nouaison (nombre de siliques), mais n’impacte pas le nombre de graines par siliques ou le PMG.

Faire le lien direct entre taux de nouaison et rendement est donc un raccourci. De plus, on note dans l’étude et d’autres études un effet « année » fort : en effet dans l’étude CNRS-Inra c’est la différence d’abondance d’abeilles entre années qui explique les différences de taux de nouaison, si on se penche sur les données année par année, l’abondance de pollinisateurs et le taux de nouaison ne sont pas du tout liés. Cette variabilité est bien connue (les conditions climatiques influencent l’abondance des pollinisateurs et l’élaboration du rendement).

Les résultats de cette étude du côté de l’analyse technico-économique de la culture du colza souffrent de plusieurs limites méthodologiques fondamentales, qui amène à considérer que les résultats de cette étude sont peu interprétables et exploitables en l’état et que les conclusions technico-économiques ne sont pas utilisables.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
La charte a été officiellement signée le 16 avril lors d'un point agricole avec Simon Babre, préfet de l'Eure.
Charte de déontologie des contrôles.
Les agriculteurs ne sont pas des délinquants en puissance, mais ce ressenti est une pression qui pèse sur leurs épaules : comment…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole