Aller au contenu principal

Poids des matériels : des solutions.

Quelques soient les catégories, les constructeurs proposent des matériels de plus en plus large, de plus en plus puissant et surtout de plus en plus lourd.

© chambre d'agriculture de normandie

- Limiter la charge et le poids des matériels :

Respecter la charge maximum admise par le code de la route serait déjà un moindre mal pour les sol (13 t/ essieu ou 6,5 t/roue). La pesée du matériel, essieu par essieu est le moyen le plus fiable pour connaitre la charge réelle.

- Savoir attendre ou anticiper pour intervenir sur un sol ressuyé :

Facile à dire, mais plus compliqué à mettre en œuvre quand la météo réduit le nombre de jours disponibles sur des périodes de travail char- gées ou pour les cultures légumières conservées au champ. Les adeptes du semis direct sont particulière- ment sensibles au respect de cette règle !

- Optimiser la taille des pneus :

Pour les matériels les plus lourds, s’orienter vers des dimensions supérieures permettant d’augmenter la surface de l’empreinte et par conséquent de limiter la pression moyenne de contact (<100 kPa). Le jumelage est aussi une solution intéressante si les déplacements routiers sont peu fréquents.

- Adapter la pression de gonflage :

Pour les travaux qui alternent la route et le champ, la tendance est plutôt au sur-gonflage pour préserver les pneus, limiter l’usure et favoriser le roulement (économie de GNR), ce qui est en totale contradiction avec les exigences du sol. Avec des pneus « VF ou IF », il est possible de rester dans des plages de pression basses (0.8/1 bar) sur la route et au champ. Le télégonflage est aussi une solution, mais c’est un investissement conséquent qui peut nécessiter un surdimensionnement (compresseur, réserve d’air) pour être opéra- tionnel sur les séquences courtes de travail (épandage lisier, par exemple). Les tracteurs dédiés aux travaux de sol et semis, les tracteurs et matériels de récoltes tardives ou hivernales... sont à équiper en priorité.

- La chenille :

Avec une pression théorique de 150 à 500 g/cm2, la chenille améliore la portance. Cepen- dant, il faut que la charge soit parfaitement répartie sur l’ensemble ce qui n’est pas toujours le cas (outils déportés, travaux de traction, pics de pression sous les galets). C’est un équipement onéreux à privilégier pour les travaux en très mauvaises conditions de por- tance et pour des matériels où les pneus atteignent leurs limites.

- Organiser ou limiter le trafic dans les parcelles :

Possible avec des outils larges en passant toujours dans les mêmes traces (zone tassée), en privilégiant les bords de champs et les fourrières ce qui préserve le reste de la surface.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole