Aller au contenu principal

Parlementaires et élus territoriaux prennent le pouls de la Ferme départementale.

Rendez-vous traditionnel de rentrée, le bureau de la FNSEA 27 (associé à JA) a reçu ce lundi dans ses locaux de Guichainville les parlementaires et élus départementaux et régionaux. Les représentants des OPA (Organisation Professionnelle Agricole) ont également répondu présent. Point d’orgue de ces échanges, la signature du manifeste « pour un élevage de ruminants durable au service de territoires vivants » porté par les AS (Association Spécialisée) de la FNSEA : FNB pour les bovins, FNEC pour les chèvres, FNO pour les ovins et FNPL pour les vaches laitières.

Carton presque plein ce lundi à Guichainville. Pour les élus locaux, l’agriculture et notamment l’élevage, reste une composante du dynamisme départemental. Les réponses entre les uns et les autres divergent parfois, mais l’écoute est attentive. Reste à transformer les bonnes intentions en actes concrets et palpables.
Carton presque plein ce lundi à Guichainville. Pour les élus locaux, l’agriculture et notamment l’élevage, reste une composante du dynamisme départemental. Les réponses entre les uns et les autres divergent parfois, mais l’écoute est attentive. Reste à transformer les bonnes intentions en actes concrets et palpables.
© TG

Conjonctures animale et végétale, fiscalité GNR, jachère et dérogation Ukraine, enjeux eau, Egalim, agribashing, haie (...), FNSEA 27 et JA ont proposé par le menu un inventaire non exhaustif des sujets de rentrée qui préoccupent céréaliers et éleveurs. Certains ne sont pas nouveaux comme l’agribashing, mais, avec notamment l’envoi cet été d’un courrier anonyme (lire notre édition du 10 août), prennent une tournure nauséabonde. D’autres, comme la guerre en Ukraine, perturbent les marchés mondiaux et ne sont pas sans conséquence jusque dans les cours des exploitations agricoles du département. Restent quelques nouveautés de rentrée. La suppression de la TIPP pose plus de questions qu’elle n’apporte de réponses.

 

VARIABLE D’AJUSTEMENT AU PROFIT DE L’UKRAINE ?

Sur le dossier ukrainien, le syndicalisme agricole craint « que l’agriculture ne paie au prix fort l’effort de guerre ». Illustration avec le déferlement de poulet ukrainien à droit nul et sans limite de volume dans l’assiette du consommateur français. Les professionnels du secteur réclament sur le sujet un mécanisme européen et une clause de sauvegarde. Message entendu par les élus locaux, mais le lendemain, à l’occasion du Space à Rennes, le ministre de l’Agriculture, a entonné une autre musique. « Je ne veux pas envoyer de signaux hostiles », a précisé Marc Fesneau. Sur la TIPP, c’est la perte de compétitivité (de l’ordre de 50 €/ha) qui risque d’en prendre un coup et encore un coût. « On ne peut pas la supprimer d’autant plus qu’on nous impose des alternatives mécaniques au désherbage chimique plus gourmandes en énergie. »

Sur le dossier eau, pas de grosses difficultés cette année avec une bonne concertation dans le cadre des comités sècheresse, mais la FNSEA 27 « constate que les demandes de forages sont de plus en plus difficiles à obtenir avec des volumes de prélèvement restreints. » Des irrigants qui craignent les actes de vandalisme sur leurs installations à l’instar des éleveurs confrontés à des actes d’intrusions violents. « Nous notons la volonté politique de s’emparer du dossier, mais malheureusement la sphère judiciaire ne suit pas », déplorent les responsables.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole