Aller au contenu principal

Ouverture de la campagne TICPE 2022.

Comme annoncé dans le cadre du plan de Résilience, la campagne de remboursement a commencé cette année au 1er avril, afin d’aider les exploitants à obtenir de la trésorerie le plus rapidement possible. Pour autant, des précisions importantes sont à prendre en compte, notamment pour les exploitants ayant cessé leur activité en 2021 ou en ce début d’année 2022.

© REUSSIR

La campagne de remboursement de TICPE sur les consommations 2021 de GNR, de fioul et de gaz naturel est ouverte depuis le 1er avril.

Tous les exploitants qui déposeront leur demande complète de remboursement entre le 1er avril et le 30 avril se verront automatiquement verser :

- l’intégralité du remboursement dû au titre de 2021 (14,96 €/ l pour le GNR),

- 25 % du remboursement ci-dessus, à titre d’acompte sur le remboursement dû au titre des consommations 2022.

Pour les exploitants qui déposeront leur demande de remboursement à compter du 1er mai, le choix leur sera laissé, via le formulaire, de demander, ou non, le versement de cet acompte. Ce choix permettra aux exploitants ayant pris leur retraite en 2021 ou n’ayant pas de consommation prévue en 2022, de ne pas toucher un acompte qu’ils devront rembourser à terme.

Ces deux phases (1er avril au 30 avril, et ensuite) permettront également de hiérarchiser les demandes. Les exploitants n’ayant à ce jour pas de difficultés particulières de trésorerie sont invités à attendre le 1er mai pour établir leur demande de remboursement, afin de laisser les flux libres pour l’instruction des dossiers des exploitants nécessitant réellement le versement de ce remboursement et de cet acompte.

Concernant les nouveaux installés de 2022, il n’est malheureusement pas prévu de procédure spécifique et l’absence de consommation en 2021 rend impossible le versement d’un acompte, à défaut d’historique. Toutefois, il convient de préciser que pour les exploitants installés courant 2021, leur consommation partielle annuelle sera ramenée sur 12 mois pour définir leur volume annuel théorique, et donc le montant de l’acompte de 25 % à percevoir.

Enfin, il est à noter que si les prix très élevés du GNR devaient se maintenir, un second acompte de 25 % serait à nouveau versé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole