Aller au contenu principal

Optimiser son semis de maïs

« Parce que chaque parcelle est différente, il est nécessaire d’adapter la densité de semis de chaque variété pour maximiser le rendement », estime Marine Nevannen, ingénieur chez Dekalb, marque du groupe Bayer produisant et commercialisant des semences de colza, de maïs fourrage et grain. Entretien !

Quel est votre coeur de métier ?
Il réside dans la connaissance de notre génétique et l’avancement des bons produits s’adaptant à chacune des parcelles pour apporter productivité et tranquillité aux utilisateurs que sont les agriculteurs.
Concrètement, comment procédez- vous ?
Classiquement, pour tester une variété, nous mettons en place des microparcelles ( 3 m sur 10 m ) sur une multitude de sites. Ainsi, sur une microzone, nous récoltons des données fiables en maitrisant l’effet environnement. Cette étape reste primordiale pour la connaissance de nos produits mais cela ne s’arrête plus là. A partir de 2015, nous avons entrepris de mettre en place des technopôles partout en Europe pour augmenter la connaissance de nos hybrides en prenant cette fois en compte leur réaction face à l’hétérogénéité des parcelles et la densité de semis. L’investissement de Dekalb dans ces plateformes est immense pour augmenter la connaissance de nos variétés de maïs.

Quelles sont les différentes étapes d’acquisitionde données ?
On en dénombre six. Tout d’abord la définition du potentiel de la parcelle avec la réalisation d’une carte de conductivité ou résistivité sur une parcelle plus l’ étude de la texture et de la chimie du sol pour identifier le facteur limitant de la parcelle, l’observation des horizons, la topographie et l’étude de l’historique de la parcelle avec des anciennes photos de la par-celle. Cette étude théorique est soute-nue par l’expérience de l’agriculteur. Deuxième, la définition du protocole. Cinq densités (de très faibles à très élevées) appliquées à Travailler plus vite et pour moins cher nos hybrides répétées de la Pologne à la Bretagne pour multiplier les environnements. Arrive alors le semis grâce à un semoir de précision modulant automatiquement mètre par mètre et équipé des dernières technologies pour obtenir la meilleure régularité de semis possible. Nous suivons ensuite chacune des parcelles pour observer la réaction des hybrides à la densité dans un potentiel donné. Cinquième étape : la récolte des données (ensileuse ou moissonneuse équipée de cartographie embarquée de rendement et valeurs alimentaires). Dernière étape, l’analyse. Un arbre de décision en découle pour chaque variété en fonction d’un potentiel donné, cette recommandation est calculée en prenant en compte le coût de la semence.

Comment garantissez- vous la fiabilité du dispositif ?
Notre force réside dans le nombre de données acquises : 980 ha de techno-pôles pour obtenir environ 1 500 données par variété sur plusieurs années dans des conditions géographiques contrastées. Onze essais entre l’Allemagne et la France sur le maïs fourrage et 35 en grain partout en Europe ont été menés. Sur chacun des sites, nous avons construit avec l’agriculteur, le distributeur, l’ETA ou la Cuma, une expertise autour de la parcelle pour connaitre ses zones limitantes et plus favorables. Aussi, ces zones nous ont permis d’appliquer plusieurs densités sur une même parcelle pour optimiser le rendement. Une fois ce travail réalisé, nous avons testé nos recommandations : alterner une bande modulée mètre par mètre en fonction du potentiel du sol en comparaison avec une bande fixe à la densité habituellement semée par l’agriculteur. Les résultats sont épatants: jusqu’à 116 euros de gain sur un parcelle très hétérogène. En moyenne, 44 euros de gain à l’hectare en fourrage.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Le cru 2024-2026 du conseil d'administration JA 27. "Une jeune équipe ambitieuse qui prend place", tels ont été les premiers mots de son nouveau président Romain Loiseau, installé depuis 2020 dans le Pays d'Ouche (volaille label, pomme et vache allaitante).
JA 27 : la nouvelle équipe dans les starting-blocks.
Romain Loiseau est le nouveau président de JA 27. Il succède aux deux coprésidents Christophe Chopin et Denis Phiquepron.…
Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole