Aller au contenu principal

Nuisibles : des synergies à développer avec les agriculteurs.

La liste des nuisibles sera renouvelée en 2023. Dans cette perspective, la FDC 27 (Fédération Départementale des Chasseurs) de l'Eure enjoint le monde agricole à se mobiliser sur le dossier.

Nicolas Gavard-Gongallud et Dominique Monfilliatre : " il est plus facile de dialoguer au niveau local qu'au niveau national "
Nicolas Gavard-Gongallud et Dominique Monfilliatre : " il est plus facile de dialoguer au niveau local qu'au niveau national "
© TG

A quelques jours de l'ouverture de la chasse, rencontre avec Dominique Monfilliatre et Nicolas Gavard-Gongallud, respectivement président et directeur de la FDC 27 pour un tour d'horizon. Un horizon dans lequel le monde agricole a un rôle à jouer.

 

En 2023, la liste des nuisibles sera révisée. Quels sont les enjeux ?

La liste des nuisibles est actualisée tous les 3 ans. Elle fixe les modalités de régulation des espèces comme le renard, la fouine, le corbeau freux, la corneille noire, l'étourneau sansonnet... Le classement de ces espèces est dépendant des informations que nous avons collectées. C'est en ce sens que les agriculteurs, victimes par exemple des attaques de corvidés sur maïs jeune jusqu'au perçage des bâches de silos, peuvent apporter leur contribution.

Concrètement, comment cela se passe-t-il ?

En cas de dégradation sur culture, il faut nous faire remonter l'information en remplissant une feuille de dégâts disponible sur www.fdc27.com ou en contactant l'AGRPE ou la FDCE. Parallèlement, nous avons mis en place une application smartphone qui permet de cartographier de façon très précise un territoire. Vous pouvez y recenser les espèces aperçues et les caractériser, enrichir le tout de photographies ou de vidéos. La fédération collecte cette information ce qui nous permet d'attester la présence d'une espèce, voire de la quantifier.

L'agriculture conventionnelle a souvent été stigmatisée quant à la préservation du petit gibier. l'AB (Agriculture Biologique) est mieux-disante ?

A ce jour, aucune étude scientifique n'a été menée dans le département, mais nous sommes prêts à financer une telle initiative. Cela nous permettrait de savoir si, par exemple, le passage répété de herses étrilles est impactant sur les populations.

Un sujet qui vous chiffonne, la méthanisation. Pourquoi ?

Tout d'abord, parce que la multiplication des intercultures, pour alimenter presque toute l'année les méthaniseurs, perturbe le cycle naturel du petit gibier. Ensuite, il y a un facteur parcellaire. Ce qui favorise le développement du petit gibier, c'est l'effet bordure. Les grandes parcelles de maïs destinées à la méthanisation, ou même de plus petites parcelles, mais contiguës, ne constituent pas le meilleur des habitats.

 

Il y a tout juste un an, vous étiez en démonstration de force dans les rues de Caen. Depuis, les élections ont modifié les équilibres avec un président de la République, plutôt chasse, qui n'a plus la majorité à l'Assemblée nationale et la percée de la NUPES, plutôt anti-chasse. Cela vous inquiète pour l'avenir de cette pratique qui concerne 1 million de passionnés en France, dont 16 000 dans l'Eure ?

Cette manifestation n'avait rien de politique. Il s'agissait simplement de défendre les chasses traditionnelles, comme celle de nuit que l'on pratique dans l'Eure, malmenées par des soi-disant protecteurs de l'environnement. Notre objectif est de préserver une chasse populaire qui ne coûte pas cher à ses pratiquants, préserver la chasse le dimanche. Nous sommes toujours prêts à nous battre. C'est tout le sens de notre combat.

 

La saison 2021-2022 a été marquée par 2 accidents mortels très médiatisés. Cela vous met mal à l'aise ?

Il s'agit bien évidemment de 2 accidents dramatiques et de 2 accidents de trop. Cela nous pousse à toujours être plus exigeants en termes de prévention et de formation. Rappelons cependant que, par rapport à il y a une vingtaine d'années, on tire 7 fois plus de projectiles pour 4 fois moins d'accidents.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole