Aller au contenu principal

Nouvelle PAC  2023 mais toujours une télédéclaration à faire entre le 1er avril et le 15 mai.

La télédéclaration sera toujours à faire sur TéléPAC dont la structure générale ne change pas, mais avec les nouvelles évolutions réglementaires à prendre en compte. Le point sur les principales évolutions.

© DR.

L’AGE DE L’EXPLOITANT ET LA QUALITE D’AGRICULTEUR ACTIF

Les exploitants agricoles âgés de plus de 67 ans et qui ont fait valoir leurs droits à la retraite, n’auront plus accès aux aides de la PAC. Une exploitation doit compter au moins un agriculteur actif. Ce n’est pas forcément le cas dans certaines sociétés, ces structures devront trouver une solution juridique avant le 15 mai.

 

L’ECO-REGIME REMPLACE LE PAIEMENT VERT QUI RENTRE DANS LA CONDITIONNALITE

La conditionnalité reste la règle de base. Elle est obligatoire et son non-respect entraine une réfaction des aides sur l’exploitation. Il s’agit en fait d’une conditionnalité « renforcée ». Elle porte, notamment, sur la rotation des cultures, le maintien des prairies permanentes ou le maintien ou mise en place d’infrastructures agroécologiques (IAE), avec une nouveauté, la conditionnalité sociale.

 

LES AIDES BOVINES VALORISENT L’ENGRAISSEMENT, MAIS SONT PLAFONNEES

Le règlement de la PAC 2023 crée une « aide UGB » dont le versement sera plafonné à 120 UGB. On ne parle donc plus d’aide à la vache allaitante ou l’aide à la vache laitière. Cette nouvelle aide à l’UGB concerne les animaux de plus de 16 mois, que l’éleveur détiendra au moins durant 6 mois. La PAC distinguera deux types d’UGB donnant droit à deux aides différentes en fonction du type d’animaux, du chargement, et de plafonnements.

 

LA ROTATION DES CULTURES SUR AU MOINS 35 % DE LA SURFACE EST OBLIGATOIRE

C’est la BCAE n° 7 qui transpose la diversité de l’assolement dans une obligation de rotation. Mais en 2023 : cette obligation est temporairement levée, mais il faudra malgré tout respecter l’obligation à la parcelle de deux cultures au moins sur 4 ans qui sera vérifiée en 2025.

 

PRESERVATION DE LA BIODIVERSITE AVEC LE MAINTIEN DES HAIES, BOSQUETS ET MARES

La BCAE n° 8 précise les règles de maintien des « infrastructures non productives » que sont, notamment, les haies, bosquets et mares. De plus, le texte fixe les dates durant lesquelles taille et élagage sont interdits. La taille est interdite désormais du 16 mars au 15 août.

 

CONVERSION A LA PRODUCTION BIO AVEC UNE AIDE SUPPLEMENTAIRE

Rappelons que la certification BIO est l’une des voies qui permet d’accéder à un éco-régime et donc, une rémunération augmentée. En effet, l’aide « maintien » de l’agriculture BIO disparait. Seule la « conversion » bénéficie d’une aide augmentée. Elle gagne environ 50 €/ha, pour s’établir à environ 350 €/ha.

 

SYSTEME DE SUIVI DES SURFACES AGRICOLES EN TEMPS REEL, LE 3STR

Ce système de suivi des couverts se met donc en place dès 2023. L’agriculteur sera invité à corriger sa déclaration pendant l’été. L’accent est mis sur la prévention et la correction des écarts entre les couverts déclarés par les bénéficiaires et ceux constatés par l’administration lors de l’instruction des déclarations. La régularité des images satellites analysées permet de suivre l’évolution des parcelles et des cultures tout au long de l’année, mais la résolution de ces images (10 m) ne permet pas dans tous les cas de faire des mesures de surface.

C’est pourquoi les contrôles sur place existeront toujours, mais pourront concerner les autres aspects des demandes d’aides pour lesquelles les analyses d’images satellites et les photos géolocalisées ne sont pas pertinentes.

 

Pour conclure sur ces évolutions, la réforme de la PAC s’accompagne d’un changement qui semble majeur pour les exploitations ; celui de l’assurance récolte. En cas de sinistre assurable, l’agriculteur assumera jusqu’à 20 % des pertes. Son assurance supportera de 20 à 50 %. Et le Fonds de Solidarité Nationale (FSN) compensera au-delà, mais jusqu’à 90 %, maximum. Les agriculteurs non assurés seront indemnisés à hauteur de 45 % de leurs pertes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Jean Puech d'Alissac.
"JA 76 aura le plaisir d'accueillir les Terres de Jim en 2025

JA 76 a remporté il y a quelques semaines l'organisation des Terres de Jim 2025. Jean Puech revient sur la candidature du…

Six installations plutôt qu’un (des) agrandissement(s).

Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d’une opération foncière inédite…

La section en plein débat.
Section lait FNSEA 27.
Le 22 mars, Benoit Gavelle réunissait les producteurs de lait. Acquis syndicaux, conjoncture, prix du lait en débat. 
Mathieu Poirier et Béatrice Hoogterp (à droite) de l'antenne de Bernay de la Chambre d'agriculture ont animé les débats.
Les GDFA phosphorent pour une agriculture ambitieuse.
Pour la première fois, les 3 GDFA (Groupes de Développement Féminins Agricoles) de l'Eure (Avre & Iton, Pays d'Ouche et…
Terre de Lin accueille le président Morin.

Hervé Morin a découvert les nombreux domaines d’activité de la coopérative Terre de Lin et sa volonté de soutenir la filière…

Gestion des aides : calendrier administratif.
PAC 2024 : deuxième année d'application de la nouvelle PAC.
Continuité de 2023, avec des dérogations sur la conditionnalité des aides.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole