Aller au contenu principal

Nous avons sauvé le soldat Betterave

L'objectivité économique l'a emporté sur la subjectivité environnementale. La sole betteravière, et les sucreries qui vont avec, sont sauvées au moins jusqu'en 2024. Les explications d'Alexandre Quillet, président de la CGB 27.

" Je suis très reconnaissant vis-à-vis du ministre de l'Agriculture et de l'ensemble des huit parlementaires de l'Eure qui, à l'Assemblée nationale comme au Sénat, ont pris une décision courageuse "
" Je suis très reconnaissant vis-à-vis du ministre de l'Agriculture et de l'ensemble des huit parlementaires de l'Eure qui, à l'Assemblée nationale comme au Sénat, ont pris une décision courageuse "
© TG

Que retenir de la campagne 2020/2021 ?

Au plan national, une campagne fortement impactée par la sècheresse et la jaunisse virale ce qui conduit à une production de 27 Mt en France à comparer à une moyenne 3 ans de 42 Mt soit - 35 % sur la base de cet historique. Le rendement moyen 2020 ressort à 64,5 t
à 16o (base forfait collet 7 %) soit 27 % de moins que notre moyenne quinquennale. Cette moyenne cache de grandes disparités avec des secteurs au sud de Paris à 35 t/ha et d'autres tels que la Seine-Maritime ou le Nord/Pas-de-Calais moins impactés par la jaunisse sur des moyennes de résultats de 85 t/ha. 2020 aura été une campagne courte avec 5 usines en dessous de 60 jours et une moyenne France à 94 jours, très loin des objectifs recherchés par la filière à 120 jours. Pour notre département, nous avons été impactés par le sec et la jaunisse de manière importante avec un gradient de dégradation des résultats de l'ouest vers l'est. Les planteurs livrant à la sucrerie d'Etrepagny enregistrent des rendements moyens de 66 t à 16o (62 t à forfait collet 7 %). Au niveau de la qualité, le taux de betteraves non marchandes a légèrement augmenté en fin de campagne. Par contre, la déception a porté sur les niveaux de richesse légèrement en dessous de 17o en moyenne, mais avec un nombre de silos en dessous de 16o jamais observé par le passé sur décembre et janvier.

 

 

Dans ce contexte, le retour de la dérogation néonicotinoïde est une bonne nouvelle ?

Je ne saute pas au plafond parce que cette dérogation est accompagnée de contraintes culturales de N+1 à N+3, mais nous avons sauvé le soldat betterave, au moins jusqu'en 2024. Dans le cas contraire, 6 sucreries françaises auraient fermé en 2021 et les autres l'année suivante.

 

 

Mais la betterave sans néonicotinoïde, c'est possible ?

Nous disposons de 1 000 jours pour trouver des solutions qui ne seront sans doute pas parfaites, mais qui, combinées, permettront peut-être la culture de la betterave sur notre territoire de façon pérenne. Je pense à la recherche sur des variétés plus résistantes même si elles sont moins productives, aux nouvelles technologies comme les NBT (New Breeding Technique), à l'utilisation des biocontrôles... L'ITB (Institut Technique de la Betterave) est mobilisé en partenariat avec l'INRAE (Institut National de la Recherche Agronomique et Environnementale), l'ITSAP (Institut Technique et Scientifique de l'Apiculture et de la Pollinisation) entre autres.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Jean Puech d'Alissac.
"JA 76 aura le plaisir d'accueillir les Terres de Jim en 2025

JA 76 a remporté il y a quelques semaines l'organisation des Terres de Jim 2025. Jean Puech revient sur la candidature du…

Témoignage de Christophe Gachet, Heizomat, sur les spécificités des chaudières polycombustibles, capable d'accueillir du miscanthus.
Miscanthus : une solution pour les agriculteurs et les collectivités ?
Utiliser directement une production locale de miscanthus pour chauffer des équipements communaux, c'est possible ! Le 29…
Six installations plutôt qu’un (des) agrandissement(s).

Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d’une opération foncière inédite…

Mathieu Poirier et Béatrice Hoogterp (à droite) de l'antenne de Bernay de la Chambre d'agriculture ont animé les débats.
Les GDFA phosphorent pour une agriculture ambitieuse.
Pour la première fois, les 3 GDFA (Groupes de Développement Féminins Agricoles) de l'Eure (Avre & Iton, Pays d'Ouche et…
La section en plein débat.
Section lait FNSEA 27.
Le 22 mars, Benoit Gavelle réunissait les producteurs de lait. Acquis syndicaux, conjoncture, prix du lait en débat. 
Terre de Lin accueille le président Morin.

Hervé Morin a découvert les nombreux domaines d’activité de la coopérative Terre de Lin et sa volonté de soutenir la filière…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole