Aller au contenu principal

Normande : - 30 % de femelles en onze ans.

L’assemblée générale de l’OS Normande (organisme de sélection) s’est tenue le 6 juillet dans le cadre des Ventes PMS (Partenaires motivés de sélection) à Urville-Bocage (Manche). L’occasion pour le président, Pascal Orvain, de rappeler « l’importance de continuer à valoriser les produits de la race Normande. »

Pascal Orvain, président de l’OS Normande, entouré de Albéric Valais (à droite), directeur depuis 2011, et de Corentin Delaunay qui succèdera à la direction dans quelques semaines.
Pascal Orvain, président de l’OS Normande, entouré de Albéric Valais (à droite), directeur depuis 2011, et de Corentin Delaunay qui succèdera à la direction dans quelques semaines.
© DR.

Albéric Valais, directeur depuis 2011, orchestrait sa dernière assemblée générale de l’OS Normande le 6 juillet. L’occasion pour lui de dresser un bilan sur les onze ans qu’il a passés à la tête de l’organisme de sélection. « La race Normande a reculée de 30 % en effectif, comptabilisant aujourd’hui 225 000 femelles. Ça fait mal », reconnaît-il. Un chiffre qu’il met en parallèle avec la Prim’Holstein qui a régressé de 20 %.

 

METTRE EN VALEUR LES PRODUITS

Alors, l’OS Normande s’est mis en mode projet. « Il nous faut repositionner l’OS et la race et se projeter en 2050 », indique-t-il.

Différentes actions ont été mises en œuvre et portent leurs fruits. Une des dernières concerne le lancement de la Signature normande. Trente-cinq chefs passionnés ont mis à l’honneur dans leur restaurant la race Normande pour que les consommateurs puissent apprécier pendant quinze jours le goût de la viande élevée en pleine herbe. « On a notre signature », confie Pascal Orvain. « Cela nous permet de mettre en valeur nos produits et d’aller chercher des marchés auprès de la restauration collective », poursuit-il.

 

LA STG EN BONNE VOIE

Cette valorisation se traduit par la future STG (spécialité traditionnelle garantie) bœuf traditionnel de race normande. Au 15 février, le comité national de l’Inao a approuvé la STG. « La procédure nationale est terminée. On attend le retour », rassure Albéric Valais. Et cela se traduit par le développement de filières. Depuis une dizaine d’années, avec la maison Grosdoit, boucherie installée à Rouen, près de 500 animaux sont commercialisés. « Si l’on croit dans notre territoire, alors on croit dans la race Normande », avait déjà exprimé Pascal Grosdoit.

 

DES VOLUMES QUI DECOLLENT

Avec la Chaiseronne, installée à Brécey, il est question de valoriser 250 bœufs normands par an et des vaches de réforme. Quant à la filière Leclerc, mise en place depuis octobre 2021, avec 33 magasins de Normandie, plus de 1 100 animaux ont été commercialisés, soit 30 à 40 animaux par semaine. « Nous nous sommes tournés vers la GMS. C’est le fruit d’un long travail qui a débuté au Salon de l’agriculture de 2018 », rappelle Pascal Orvain. Potentiellement, 400 éleveurs sont concernés par cette filière.

 

DES SIGNES ENCOURAGEANTS

Tous ces chiffres sont « encourageants » aux yeux de Pascal Orvain, qui voit dans les filières une manière d’aller chercher de la valeur ajoutée. « Cela donne du sens au travail des éleveurs, des éleveurs qui contribuent au progrès génétique. Alors, on va continuer à tisser de nouveaux partenariats, à aller chercher de nouveaux marchés pour figer encore plus la race dans nos élevages ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole