Aller au contenu principal

NatUp en assemblée générale : la « der » de Jean-Charles Deschamps.

Après 7 années passées à la tête de la coopérative, Jean-Charles Deschamps a présidé le 9 décembre dernier sa dernière assemblée générale de NatUp. « Je pars serein », a-t-il confié. Les chiffres de l'exercice lui donnent raison. « Notre stratégie est porteuse dans un contexte difficile et elle le prouve aujourd'hui comme dans un climat plus serein ».

Jean-Charles Deschamps et Patrick Aps : « NatUp a protégé les agriculteurs-adhérents contre la volatilité des cours grâce aux contrats prénégociés et aux engagements de long terme »
Jean-Charles Deschamps et Patrick Aps : « NatUp a protégé les agriculteurs-adhérents contre la volatilité des cours grâce aux contrats prénégociés et aux engagements de long terme »
© TG

Une collecte céréales 2021 en hausse (1,94 Mt contre 1,8 l'année précédente), un EBE (Excédent Brut d'Exploitation) également en hausse à 50,8 Me (vs 38,8 Me), un résultat net consolidé à 20 Me, un CA (Chiffre d'Affaires) pour la coopérative seule de 794 Me, 13 Me d'investissements amont et 14 Me d'investissements aval... Les bons chiffres de NatUp se soldent par une redistribution de 6,53 Me (vs 5,3) proposée aux adhérents. « Les résultats de l'année sont très satisfaisants. Ils reflètent la robustesse de notre modèle construit et équilibré sur plusieurs filières. Nous n'avons pas attendu les crises pour faire des choix audacieux. Notre stratégie est porteuse dans un contexte difficile et elle le prouve aujourd'hui comme dans un climat plus serein », se satisfait Jean-Charles Deschamps, encore président de NatUp jusqu'au 13 décembre. Et Patrick Aps, son directeur, de rebondir : « nous restons malgré tout humbles et vigilants. Dans tous les cas, nous continuons d'avancer et de travailler pour atteindre nos objectifs. #inspire, notre projet d'entreprise présenté l'an dernier, continue d'être notre fil conducteur. Nous gardons le cap malgré les crises et les incertitudes. Il est primordial de continuer à réfléchir sur le long terme et de ne pas uniquement gérer la crise et l'urgence actuelle ». Fin de citation.

 

MOISSON 2022, L'ANTITHESE 2021

En d'autres termes, une force de résilience indispensable dans un contexte d'incertitudes. Illustration avec une moisson 2022 antithèse de la précédente. « Nous avons vécu une année 2022 marquée par les multiples impacts extérieurs auxquels nous avons dû et su nous adapter. Impact de la crise mondiale marquée par une forte tension sur les marchés des matières premières conduisant notamment dès la fin 2021 à une importante hausse des engrais. Impact du déclenchement du conflit en Ukraine conduisant à une forte volatilité des cours et de la disponibilité sur les marchés céréaliers mondiaux. Impact climatique enfin qui s'est traduit par l'extrême variabilité des saisons entre une moisson 2021 marquée par les fortes pluies sur notre territoire et la moisson 2022 marquée par la sécheresse ». Au bilan, la coopérative revendique en céréales un prix moyen supérieur de 20 e par rapport à l'environnement concurrentiel et, parallèlement, un appro engrais honoré à 110 % des commandes.

 

FUSION PROCHAINE AVEC BOVI PERCHE

Du côté des productions animales et dans un contexte général de décapitalisation en allaitant et en lait, tant au niveau européen que sur le plan hexagonal, les curseurs vont également rapidement bouger. Le projet de fusion avec Bovi Perche est sur de bons rails. Deux administrateurs de la structure ornaise viendront prochainement intégrer le conseil d'administration de la coopérative.

Parallèlement, la montée en puissance au capital des Eleveurs de la Charentonne se poursuit. « Cela nous permet de disposer d'un outil de transformation et de distribution avec une marque solide au sein du Groupe, une marque qui répond pleinement aux attentes du consommateur », rappelle François Bloc, responsable des productions animales. Une stratégie impactante sur le réseau de distribution. Le groupe s'est enrichi de 2 nouveaux magasins Gamm Vert et 5 nouveaux magasins Eleveurs de la Charentonne (32 au total) dont celui du Neubourg (27) où se côtoient les deux marques, « modèle appelé à se développer à l'avenir », et celui du Havre (76), un nouveau concept centre ville.

L'objectif de valoriser 50 % des productions animales via des contrats de filières (inscrit dans #inspire 7 engagements pour 2025) n'est pas encore atteint mais il se rapproche : 40 % en 2021, 46,6 % en 2022).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Le cru 2024-2026 du conseil d'administration JA 27. "Une jeune équipe ambitieuse qui prend place", tels ont été les premiers mots de son nouveau président Romain Loiseau, installé depuis 2020 dans le Pays d'Ouche (volaille label, pomme et vache allaitante).
JA 27 : la nouvelle équipe dans les starting-blocks.
Romain Loiseau est le nouveau président de JA 27. Il succède aux deux coprésidents Christophe Chopin et Denis Phiquepron.…
Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole