Aller au contenu principal

Moisson 2023 : l'excès d'humidité de juillet douche les espérances de juin.

Si la pluie cessante et des températures à la hausse permettent le retour des moissonneuses-batteuses dans les champs, la qualité des blés paie un lourd tribut à l'excès d'humidité. Côté lin, l'inquiétude plane aussi.

Rémi Stichelbout et Amaury Levesque. Pour le président de la FNSEA 27, le sourire n'est que de façade car la qualité des blés qu'il reste à battre risque de payer un lourd tribut à l'excès d'humidité.
Rémi Stichelbout et Amaury Levesque. Pour le président de la FNSEA 27, le sourire n'est que de façade car la qualité des blés qu'il reste à battre risque de payer un lourd tribut à l'excès d'humidité.
© TG

Si le cru 2023 de la moisson n'a pas encore totalement rendu son verdict, un qualificatif s'impose cependant dès à présent : « hétérogénéité ».

 

SUD EST DE L'EURE : - 20 A - 25 %

Dans le sud-est de l'Eure, une des régions les plus précoces du département, la moisson est terminée à 99 %. « Nous avons commencé le 25 juin dans les escourgeons pour finir dans les blés vers le 20 juillet », explique Denis Phiquepron, agriculteur à Thomer-la-Sogne et par ailleurs co-président de JA 27. Des dates similaires au cru 2022. Si les premiers coups de batteur dans les escourgeons étaient porteurs d'espoirs, l'essai n'a pas été transformé. « En blé, c'est la déception pour l'ensemble du secteur autour de Saint-André-sur-Eure avec des rendements en recul de 20 à 25 % par rapport à la moyenne historique. » Côté qualité, manque de calibrage et deux épisodes pluvieux (10 à 20 mm) qui ont fait perdre 2 à 3 points de PS. « Décevant, mais pas catastrophique en colza qui a souffert du froid et du sec de la mi-mai à la fin juin », complète Denis Phiquepron. Reste le lin. « Mauvais en lin de printemps, mais bon, voire excellent, en lin d'hiver avec de grosses nappes. » Premiers enroulages le 6 août en attendant la suite avec un risque de salissure (renouée, liseron...) contre lequel le glyphosate constitue la seule parade.

 

VEXIN : ENCORE 15 % A 20 % A BATTRE

Situation très contrastée dans le Vexin. Rémi Stichelbout serait presque un céréalier heureux. Il a terminé avant le long épisode pluvieux et qualifie le cru 2023 « de bonne moisson », mais pense aussitôt à ses collègues moins chanceux. C'est le cas d'Amaury Levesque, le président de la FNSEA 27 (Houville-en-Vexin) n'a pas encore remisé sa machine. « Nous avons commencé le 14 juillet, une année classique, voire un peu précoce, pour le Vexin. On a battu jusqu'au 23 juillet 5 heures du matin sachant que la pluie arrivait ». 100 mm d'eau en cumulé plus tard, « il reste environ 1 000 ha à rentrer dans la région ».  La déception est grande. « Sans cet aléa climatique, on aurait eu une très belle moisson. » En attendant, ce n'est pas la perte de rendement qui inquiète, mais la dégradation qualitative des blés tant au niveau du PS que du taux de protéines et surtout du Hagberg. « Des contrats de blés meuniers vont se transformer en contrats fourragers avec les raréfactions qui vont avec. » Autres motifs d'inquiétude, le risque germination qui pourrait hypothéquer le potentiel semences fermières et un calendrier des travaux qui va se bousculer dans les prochains jours. Aux blé et colza restant à battre, vont venir se télescoper les enroulages de lin (très compliqués cette année), les chantiers de paille avec retournement des andains et les semis de couverts végétaux... A moins que les pouvoirs publics ne fassent preuve de mansuétude !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Jean Puech d'Alissac.
"JA 76 aura le plaisir d'accueillir les Terres de Jim en 2025

JA 76 a remporté il y a quelques semaines l'organisation des Terres de Jim 2025. Jean Puech revient sur la candidature du…

Six installations plutôt qu’un (des) agrandissement(s).

Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d’une opération foncière inédite…

La section en plein débat.
Section lait FNSEA 27.
Le 22 mars, Benoit Gavelle réunissait les producteurs de lait. Acquis syndicaux, conjoncture, prix du lait en débat. 
Mathieu Poirier et Béatrice Hoogterp (à droite) de l'antenne de Bernay de la Chambre d'agriculture ont animé les débats.
Les GDFA phosphorent pour une agriculture ambitieuse.
Pour la première fois, les 3 GDFA (Groupes de Développement Féminins Agricoles) de l'Eure (Avre & Iton, Pays d'Ouche et…
Terre de Lin accueille le président Morin.

Hervé Morin a découvert les nombreux domaines d’activité de la coopérative Terre de Lin et sa volonté de soutenir la filière…

Gestion des aides : calendrier administratif.
PAC 2024 : deuxième année d'application de la nouvelle PAC.
Continuité de 2023, avec des dérogations sur la conditionnalité des aides.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole