Aller au contenu principal

Météo : bilan à chaud d’une sueur froide.

La plaine et le verger départementaux n’ont pas été épargnés par le coup de froid. Mais au lendemain de deux nuits où les températures ont plongés à -6/-7oC, le pire n’est pas certain.

Isabelle Barreix : « il suffit d’ouvrir la fleur pour voir si c’est noir ».
Isabelle Barreix : « il suffit d’ouvrir la fleur pour voir si c’est noir ».
© TG

« Il est un peu tôt pour dresser un premier bilan. S’il y a des dégâts, on le constatera dans 7 à 10 jours ». Pour Emilie Leconte, ATE (Agent Technico Economique) Natup sur le secteur d’Etrepagny, la prudence restait de mise au matin du 8 avril. Bien sûr, les cultures de printemps ne sont pas armées pour supporter des températures aussi basses, mais il s’agit de températures enregistrées vers 4/5 heures du matin. L’épisode n’a pas duré toute la nuit. « On peut encore avoir de bonnes surprises ». Le colza, en début de floraison, semble plutôt épargné. A contrario, betteraves et lins déjà levés ont souffert, mais cela ne concernerait qu’aux alentours de 10 % de la sole annuelle. « Heureusement, nous avons eu un vrai hiver, explique Emilie. Désormais, tout dépendra de la météo dans les jours à venir ». Reste cependant le problème de la disponibilité en semences pour ceux qui auraient à casser leurs cultures de printemps.

 

Peur sous le verger

« J’ai eu très peur avec le moral au bas des chaussettes au petit matin du premier gel ». Isabelle Barreix est à la tête d’un verger de 10 ha de pommes à couteaux au Mesnil-Jourdain. Avec Bruno Corroyer, son conseiller arboricole, elle a fait le tour de ses parcelles. « Quand on ouvre la fleur, on voit tout de suite si c’est noir », indique-t-elle. Comme en plaine, il est encore trop tôt pour faire un bilan exhaustif. « Pas de catastrophisme, mais il faut rester vigilant ». Les variétés les plus précoces sont les plus impactées, mais peut-être ne le seront-elles qu’au niveau d’un simple éclaircissage mécanique. « Tout cela pourrait se traduire au final par une récolte correcte même si, localement, les dégâts sont sérieux à sévères », synthétise Bruno Corroyer qui indique qu’aucune région de Normandie n’a été épargnée par ce phénomène.

Un peu rassurée, Isabelle Barreix tire cependant quelque plan sur la comète. « Pourquoi pas un dispositif antigel », s’interroge-t-elle à haute voix. Et pour cause, cela fait plusieurs années consécutives que la météo lui joue de mauvais tours. « Jusqu’à 60 % de perte de récolte », précise-t-elle. Pendant ce temps, la planète se réchauffe !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole