Aller au contenu principal

Mesures de biosécurité à adopter lors des introductions de bovins.

L'arrivée de nouveaux animaux dans les élevages représente un risque majeur d'introduction d'agents pathogènes.

© GDS FRANCE

Des mesures de biosécurité doivent impérativement être respectées afin de ne pas infecter son élevage. Dans un premier temps, connaître le statut sanitaire du troupeau vendeur est essentiel pour que l'introduction (achats/pensions) soit réalisée dans les meilleures conditions.

L'idéal est de réaliser un dépistage des animaux avant la vente. Des prises de sang sont ainsi effectuées dans l'élevage vendeur, 15 jours maximum avant le départ des animaux, afin de déterminer s'ils sont potentiellement porteurs d'agents pathogènes. Si les résultats d'analyses sont positifs, ils ne doivent pas être introduits dans un nouvel élevage.

Un transport direct, réalisé par les éleveurs, est à privilégier afin d'éviter les contacts avec d'autres bovins et des risques de contaminations avant l'arrivée dans l'élevage.

La période de quarantaine des animaux introduits doit impérativement être respectée. Sa durée doit être de 30 jours ou au minimum jusqu'à réception des résultats des analyses, cela même en cas de transport sécurisé et de validation de dérogation au contrôle d'introduction. Celle-ci est très efficace pour limiter les risques sanitaires. Elle permet aux animaux de s'adapter à leur nouvel environnement, mais également à l'éleveur de les surveiller afin de détecter des maladies pouvant se déclarer plusieurs jours après l'introduction.

Pour les vaches en lactation, il est possible de réaliser une analyse bactériologique sur un échantillon de lait lors d'un contrôle de performance. Cela permet de détecter une potentielle infection et de connaître les résultats cellulaires individuels des vaches.

Enfin, il est impératif de dépister en BVD (Diarrhée Virale Bovine) les veaux issus de vaches achetées gestantes afin d'éviter le risque d'introduction d'animaux IPI (Infecté Permanent Immunotolérant).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole