Aller au contenu principal

Marc Fesneau à l’écoute de la délégation FRSEA-JA-Chambre.

En marge de la réunion de clôture de la concertation régionale sur le pacte et la loi d’avenir agricoles, la profession (FRSEA, JA Chambre d’agriculture) a pu présenter quelques doléances au ministre de l’Agriculture Marc Fesneau. La délégation était composée d’Anne-Marie Denis (FRSEA), Emmanuel Roch (JA Normandie), Bruno Ledru (FNSEA 76) et Laurence Sellos (Chambre d’agriculture 76).

© © Préfecture de la Seine-Maritime

Directive sur les émissions industrielles (IED) : ce projet en cours de négociation à Bruxelles prévoit d’intégrer l’agriculture à la réglementation industrielle sur les émissions de particules polluantes. De là découlent des obligations d’études préalables, de mises aux normes…le tout entraînant des charges supplémentaires, y compris pour les exploitations de taille modeste. La profession est vent debout contre ce projet et demande le statu quo. Le ministre s’est montré optimiste sur ce dossier, estimant avoir déjà fait évoluer les lignes. Il refuse de se positionner pour le statu quo de la réglementation, tout en indiquant travailler à aboutir, peu ou prou, à ce résultat en utilisant les leviers de la directive. Le but lui paraît atteint pour les élevages bovins, mais il avoue que la négociation est plus difficile concernant les porcins.

 

PAC : le ministre reconnaît les « retards à l’allumage » de la nouvelle APC avec une campagne de déclarations perturbée par les bugs informatiques et les retards dans la mise à disposition des outils de saisie informatique. Il a confié faire son possible pour reporter la date limite de déclaration, « mais sans remettre en cause la date de paiement des aides au
16 octobre ».

 

Prairies permanentes : la Normandie est la région la plus mal placée dans le respect de la BCAE 1 et du ratio de prairies permanentes. La profession a mis en exergue les limites du mode de calcul (prise en compte de l’urbanisation, du boisement), la non-déclaration à venir des agriculteurs qui ne sont pas reconnus « actifs agricoles » (plus de 67 ans) et les spécificités régionales telles que la place de l’élevage équin basé sur l’herbe dont le nombre de déclarations diminue, affaiblissant le ratio. Le ministre s’est montré désarmé dans ce dossier pour lequel « nous avons pris des engagements européens, je n’ai pas la solution à ce stade ». En revanche, il s’est montré plus ouvert pour que les éleveurs ayant abandonné l’élevage, à la suite de la tuberculose, ne soient pas tenus de réimplanter des prairies dans les années à venir ou pour que les JA puissent continuer à adapter leur assolement au moment de l’installation.

Sur les questions environnementales, il a estimé que la réglementation qui entoure la haie a besoin d’être clarifiée et mieux connue. Il a convenu que les contrôleurs de l’OFB devaient se former pour mieux aborder le public agricole face à ces problématiques. En revanche, il n’a pas réagi à la proposition professionnelle de se limiter à un rappel à la loi lors d’un premier contrôle négatif. Il a aussi indiqué être attentif à l’utilisation que les agences de l’eau pourraient être amenées à faire du déplafonnement à venir de leurs ressources. En cause, la politique d’acquisition foncière soutenue par les agences et contre laquelle la profession s’élève.

Enfin, il a entendu la demande d’information quant à la répercussion aux éleveurs intégrés de l’aide à l’achat d’aliment obtenue l’an dernier par les entreprises intégratrices. Il a paru décidé à interroger ses services sur la bonne utilisation de cette aide.

Au final, si l’entretien s’est déroulé dans une atmosphère constructive, Marc Fesneau a pris peu d’engagements. Il a semblé être dans une position d’écoute, plus que venu apporter des réponses. Il reste à vérifier que les réponses apportées sur la directive IED pourront se concrétiser, voire s’amender s’agissant de la production porcine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole