Aller au contenu principal

Maïs : quand agronomie rime avec désherbage réussi.

Le maïs est une culture sensible à la concurrence des adventices jusqu’au stade 10-12 feuilles (fermeture de l’inter-rang). Or, les levées échelonnées de graminées et vivaces ou encore le développement de résistances aux herbicides compliquent la stratégie de désherbage de cette culture qui représente près de 300 000 ha en Normandie. C’est là que les leviers agronomiques prennent tout leur sens.

Le passage en plein de l’herse étrille, possible jusqu’au stade 3 feuilles du maïs, ne nécessite ni guidage, ni grande puissance de traction et offre un débit de chantier intéressant.
Le passage en plein de l’herse étrille, possible jusqu’au stade 3 feuilles du maïs, ne nécessite ni guidage, ni grande puissance de traction et offre un débit de chantier intéressant.
© DR.

LA ROTATION : UN FACTEUR IMPORTANT A NE PAS NEGLIGER

L’alternance de cultures d’hiver et de printemps perturbe le cycle de certaines adventices à période de levée préférentielle. Ainsi, si le gaillet, le brome ou le vulpin lèvent principalement à l’automne, le chénopode, la renouée ou la morelle privilégient les jours longs et le sol réchauffé du printemps pour germer.

 

UN TRAVAIL EN PROFONDEUR DE MANIERE OCCASIONNELLE DANS LA ROTATION

Le labour occasionnel (tous les 3-4 ans) est un levier efficace notamment vis-à-vis des graminées estivales, du ray-grass ou encore du brome. Leurs graines ayant une durée de survie limitée dans le sol, leur enfouissement durant cette période inhibe leur faculté germinative. Cette efficacité est néanmoins plus limitée sur les dicotylédones.

 

UN FAUX SEMIS MAIS VRAIES LEVEES

L’objectif du faux semis est de provoquer une levée massive des adventices par un travail superficiel de façon à réduire le stock grainier présent dans le sol en amont de l’implantation du maïs. La destruction de ces plantes s’effectue généralement de manière mécanique avant le semis de la culture. Pour être efficace, ce faux semis doit cependant être réalisé dans de bonnes conditions (ajuster la profondeur de travail, sol humide pour favoriser les levées rapides) et au moins 25 jours avant le semis du maïs.

Ce levier intéressant pour une grande majorité de la flore adventice levant dans les premiers centimètres, peut cependant rencontrer des limites sur certaines dicotylédones (amarante, morelle, …) ou sur graminées estivales à levées échelonnées.

 

DENSITE DE SEMIS ET ECARTEMENT DES RANGS : LAISSER MOINS D’ESPACE A LA FLORE ADVENTICE

Ces paramètres de semis ont une incidence directe sur l’espace et la lumière laissés aux mauvaises herbes. Un écartement plus faible entre les rangs limite ainsi la colonisation de l’inter-rang par les adventices. Couplé à un semis en condition de sol réchauffée pour favoriser la vitesse de développement de la culture dans les premiers stades, le maïs bénéficie de plus de vigueur pour gagner la course contre les adventices en passant plus rapidement sa période de sensibilité à la concurrence (entre 2 et 12 feuilles).

 

ET POURQUOI PAS LA HERSE ETRILLE DES LES PREMIERS STADES ?

Cinq à sept jours après le semis, un premier passage de herse étrille en prélevée du maïs sur le 1er centimètre de terre permet de détruire les jeunes adventices au stade filament. Le passage en plein de cet outil, possible jusqu’au stade 3 feuilles du maïs, ne nécessite ni guidage ni grande puissance de traction et offre un débit de chantier intéressant. Les conditions à respecter sont un temps sec durant les 3 jours suivant l’intervention et des adventices à un stade jeune (moins de 2 feuilles pour les graminées et moins de 4 feuilles pour les dicotylédones).  La réduction de la pression des adventices obtenue par ces actions favorise souvent la réussite du désherbage complémentaire par voie chimique. Ces leviers nécessitent cependant une combinaison entre eux, adaptée au contexte pédo-climatique de l’année et à la flore présente.

N’hésitez pas à échanger avec votre conseiller habituel pour envisager les solutions agronomiques possibles sur votre exploitation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Le cru 2024-2026 du conseil d'administration JA 27. "Une jeune équipe ambitieuse qui prend place", tels ont été les premiers mots de son nouveau président Romain Loiseau, installé depuis 2020 dans le Pays d'Ouche (volaille label, pomme et vache allaitante).
JA 27 : la nouvelle équipe dans les starting-blocks.
Romain Loiseau est le nouveau président de JA 27. Il succède aux deux coprésidents Christophe Chopin et Denis Phiquepron.…
Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole