Aller au contenu principal

Lin fibre : la consommation textile à l’arrêt, des conséquences directes pour les liniculteurs et les teilleurs.

Tous les voyants étaient au vert pour le lin avant l’arrivée du coronavirus

© DR:

On pouvait constater des surfaces européennes en hausse (+100 % en 10 ans !), des débouchés croissants chez les filateurs. Les marques et l’ensemble de la distribution emboîtaient le pas de cette dynamique vertueuse appréciant une matière liant créativité et approche écoresponsable. En mars, le marché final dans les pays développés a connu une chute d’au moins 50 % dans un contexte où les confinements ne faisaient que débuter. Les 22 teillages français ont mis à profit le temps d’arrêt pour préparer avec pragmatisme des plans de continuité d’activité pour une reprise progressive depuis le 27 avril. Aujourd’hui, c’est sur un rythme moyen de 30 % que fonctionnent les entreprises, taux qui pourrait perdurer au moins jusqu’aux congés d’été. La conséquence reste toutefois un retard dans la transformation de la récolte 2019 (seulement1/3 fin mars 2020), donc des besoins inédits de stockage de paille dans les exploitations agricoles et de stockage des fibres en teillage.

 

DEUX RÉCOLTES SOUS LE HANGAR

Au niveau agricole, l’AGPL alerte les producteurs face à une baisse brutale des acomptes et des recettes dès 2020. Pour la future récolte 2020, les prévisions anticipent un stockage à la ferme au-delà de l’automne 2022, comme le confirme Guillaume Hemeryck, président de Terre de Lin : « Face à une crise sans précédent, nous devons être très réactifs et avoir un discours de vérité sur la situation du marché final. L’arrêt brutal des achats de fibres et les emblavements records de 2020 laissent supposer une offre abondante pour accompagner le marché et nos clients quand l’économie textile reprendra ». Pour lui aussi, une seule solution : « L’adaptation des rythmes de teillage et le report des pailles devront nécessairement être accompagnés d’une réduction drastique des surfaces en 2021 ». Au vu des indicateurs mondiaux du marché du lin et des échanges intrafilière, la baisse de surfaces pour 2021 pourrait prendre en compte la moyenne de trois années de référence (2016-2019) divisée par deux ou trois. Ce mode de calcul laisse ainsi à chaque liniculteur et à chaque teillage la possibilité d’adapter la réduction des surfaces aux spécificités des exploitations et des départements liniers. Malgré la conjoncture, l’objectif final pour la filière reste inchangé : cultiver et produire en 2020 et 2021 une paille de lin de qualité pour garantir l’excellence de la fibre européenne labellisée European Flax®.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole