Aller au contenu principal

Les tribunaux des activités économiques : la FNSEA obtient des avancées pour l'agriculture.

La FNSEA se félicite de la création à titre expérimental de tribunaux des activités économiques dont les compétences seront étendues à l'agriculture

Luc SMESSAERT, vice-président de la FNSEA
Luc SMESSAERT, vice-président de la FNSEA
© FNSEA

Le Sénat a adopté en première lecture, le 8 juin, un texte sur la création de tribunaux des activités économiques. L'agriculture est-elle concernée et de quelle manière ?

Effectivement le projet de loi et d'orientation du ministère de la Justice adopté au Sénat prévoit une réforme des juridictions avec la création d'un tribunal des activités économiques (TAE).

Cette instance sera mise en place dans neuf à douze tribunaux de commerce pour une période expérimentale de quatre ans. Elle aura pour objet de traiter tous les contentieux des procédures amiables et collectives, y compris en matière agricole.

Sur demande de la FNSEA avec le soutien de la rapporteuse du projet de loi, Dominique Verien, et du gouvernement, le Sénat a élargi la composition des juges du tribunal à des agriculteurs nommés sur proposition des Chambres départementales d'agriculture. Le risque que les litiges agricoles qui nécessitent une certaine technicité soient tranchés par des magistrats non professionnels est ainsi écarté.  En effet, le projet de loi initial prévoyait que la composition des TAE soit identique à celle des tribunaux de commerce, c'est-à-dire des magistrats issus de la société civile, des commerçants ou des représentants de sociétés commerciales ainsi que des artisans, mais pas des agriculteurs.

Le projet de loi prévoit que ces tribunaux seront compétents sur les procédures amiables et collectives. Tous les contentieux impliquant les agriculteurs ne sont donc pas concernés et lesquels ?

A ce stade, seuls les contentieux relatifs aux procédures amiables et collectives seront transférés, à titre expérimental, aux TAE. Le texte étant limitatif, les autres litiges resteront de la compétence des juridictions habituelles, par exemple, le tribunal paritaire des baux ruraux pour les conflits entre un bailleur et un preneur. Par ailleurs compte tenu de son caractère expérimental, le projet de loi n'aura aucun impact en dehors du ressort territorial du TAE.

Comment seront financés ces tribunaux ? Une contribution est-elle prévue pour les agriculteurs ?

Le projet de loi prévoit dans son article 7 qu'une contribution pour la justice économique sera versée par la partie demanderesse pour chaque instance introduite devant un tribunal devant un TAE, sauf en cas de procédure amiable ou collective ou par un bénéficiaire de l'aide juridictionnelle, ou encore par des personnes publiques.

Compte tenu de cette dérogation, les agriculteurs ne seront pas soumis à une quelconque contribution.

Le projet de loi en discussion au Parlement répond-il à toutes vos attentes ? Doit-il être encore amélioré et de quelle façon ?

Nous avons obtenu des avancées significatives grâce aux échanges que nous avons pu avoir avec le cabinet du garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, et la sénatrice, Dominique Verien. A terme, nous sommes aussi demandeurs de la création de véritables Chambres spécialisées dédiées aux agriculteurs dans les TAE. Nous souhaitons également que les juristes des syndicats professionnels agricoles puissent représenter les agriculteurs dans les TAE et non exclusivement les avocats. Nous avons obtenu des assurances dans ce sens du garde des Sceaux. Mais nous restons vigilants sur la suite qui sera donnée à nos demandes.

Au Salon de l'agriculture, Eric Dupond-Moretti avait également évoqué la situation des agriculteurs victimes de recours inconsidérés du voisinage devant les tribunaux en promettant d'y mettre bon ordre. Qu'en est-il exactement ?

La protection des agriculteurs vis-à-vis de tels contentieux qui empêchent les agriculteurs de travailler sereinement fera l'objet d'une proposition de loi visant à modifier le Code civil.  L'objectif est de reconnaître l'antériorité de l'activité agricole par rapport à de nouveaux arrivants qui n'acceptent pas les quelques nuisances y compris en cas de développement de l'activité agricole. Cette proposition de loi va être déposée par le groupe Renaissance à l'Assemblée nationale à l'automne et sera soutenue par le Gouvernement. Nous portons cette demande et nous la soutiendrons.

L'expérimentation des TAE et l'encadrement du trouble anormal de voisinage sont les deux annonces faites par le garde des Sceaux lors de sa venue au dernier Salon de l'agriculture sur le stand de la FNSEA. Nous suivrons attentivement leur concrétisation avant la fin de l'année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole