Aller au contenu principal

Les sucreries à l’unisson pour leur survie

Mardi 7 mai, planteurs de betteraves, élus, salariés et entrepreneurs de travaux agricoles ont repris le bus, direction l’ambassade d’Allemagne, à Paris.

© J.P.

Plus de 150 personnes, dont dix agriculteurs eurois, sont réunies à quelques mètres de l’ambassade d’Allemagne, 24 rue Marbeau, dans le XVIe arrondissement, pour manifester contre le projet de restructuration des deux sucreries de Cagny (14) et Eppeville (80). L’objectif : maintenir un bassin de production de betteraves dans ces régions. Les deux usines représentent 36 000 ha de betteraves et 500 000 t de sucre, soit près de 10 % de la production française. « Nous sommes dans une continuité d’action, a déclaré Patrick Dechaufour, président de la CGB Calvados, Sarthe et Orne. Nous demandons à l’ambassadeur d’Allemagne de faire pression auprès des dirigeants de Südzucker, pour qu’ils se mettent en négociation avec nous. » A vingt jours des élections européennes, le responsable syndical demande : « comment voulez-vous que l’on se retrouve dans le vote européenquand un groupe allemand faitdu capitalisme sauvage ? »Dominique Fievez, président de la CGB Somme ajoute :« nous sommes arrivés au bout des choses avec Südzucker,qui n’a plus aucun respect pour les planteurs. La CGB va leur proposer un plan qui devrait les faire réfléchir. La France n’est pas une variable d’ajustement ».

UN PROJET DE REPRISEVIABLE

Le plan de reprise en question a été travaillé avec des cabinets d’expertise spécialisés. Il est en phase de finalisation et a été dévoilé à Bercy, mardi 7 mai, en parallèle de la manifestation. Les dirigeants de la CGB ont rencontré Jean-Pierre Floris, délégué interministériel aux restructurations d’entreprises.« Le projet a été bien accueilli et a convaincu Bercy, rapporte Franck Sander, président de la CGB, en fin de matinée. Nous avons un projet crédible que nous irons présenter à Südzucker le 15 mai à Strasbourg. Cette offre de reprise est chiffrée et rentable pour ces deux sites, aux quels nous croyons, et qui ont été abandonnés par le groupe allemand. Ce qui est important pour nous maintenant, c’est que nous puissions ouvrir les discussions avec Südzucker sur ce plan. » Le projet pourrait notamment prendre la forme d’une coopérative, avec un investissement qui resterait accessible pour les agriculteurs, de l’ordre de 1 000 euros/ha ou de 10 euros/tonne. Le hic, c’est que le groupe allemand s’oppose à la cession des usines. « Il faut que la France et l’Allemagne assument leurs responsabilités, peu importent les partis, et nous prouvent que l’axe franco-allemand est un axefort », gronde Franck Sander.

SOUTIEN TOTAL

« Nous soutenons fermement les betteraviers potentiellement touchés par la restructuration des activités de Südzucker en France, déclare Gérard Napias, président de la Fédération nationale entrepreneurs des territoires. La FNEDT pèsera de tout son poids dans les négociations à venir. Il est indispensable de trouver une solution permettant aux betteraviers comme aux ETA de maintenir leur activité, cela passe par la sauvegarde de ces sucreries, qu’elles soient détenues par Südzucker ou par d’autres. » Éric Thirouin, secrétaire général de la FNSEA, a pris la parole à son tour et affirmé son soutien total. Du côté des salariés, Loïc Touzet, délégué central FO Saint-Louis Sucre, assure : « nous avons apporté notre expertise et des pistes pour développer des valeurs ajoutées, afin que la future entreprise gagne de l’argent ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole