Aller au contenu principal

Les règles de la PAC assouplies.

Les représentants des États membres réunis au sein du Conseil spécial Agriculture ont avalisé, le 26 mars, un train de mesures de simplification concernant les règles de conditionnalité de la PAC

Les États membres de l'Union européenne ont approuvé les propositions de la Commission européenne visant à assouplir les exigences environnementales de la PAC.
Les États membres de l'Union européenne ont approuvé les propositions de la Commission européenne visant à assouplir les exigences environnementales de la PAC.
© © capture Twitter

Le 26 mars, les États membres de l'Union européenne ont approuvé les propositions de la Commission européenne visant à assouplir les exigences environnementales de la PAC pour la période 2023-2027 en marge du Conseil des ministres de l'Agriculture qui s'est tenue le jour même à Bruxelles alors que des agriculteurs continuaient de manifester dans les rues de la capitale belge. Toutes les délégations nationales ont soutenu le texte, à l'exception de l'Allemagne qui s'est abstenue en raison de ce qu'elle considère comme une remise en cause des règles environnementales de la PAC. Pour entrer en application, ces propositions devront être adoptées par les parlementaires européens fin avril avant la trêve précédant les élections de juin prochain et formellement validées par les ministres pour une entrée en vigueur à la fin du printemps.

Jachère et rotation des cultures

Sur le fond, les ministres ne se sont guère éloignés des propositions de l'Exécutif européen adoptées le 15 mars dernier. Ainsi après une suspension temporaire de deux ans en 2023 et 2024, la dérogation accordée aux jachères sera pérennisée (BCAE 8). Autrement dit la mise en jachère de 4 % des terres ne sera plus obligatoire, même si les agriculteurs seront toujours encouragés à maintenir des zones non productives dans le cadre des écorégimes. En tout cas, ils n'auront ce pas à craindre des pénalités s'ils ne le font pas.

En ce qui concerne les assolements (BCAE 7) la rotation des cultures sur une même parcelle (BCAE 7) n'est pas supprimée, mais elle est assouplie. Les agriculteurs pourront pratiquer la diversification des cultures qui concerne l'assolement sur l'ensemble de l'exploitation. Jusqu'à présent, les agriculteurs sont contraints de faire tourner leurs cultures sur 35 % de leurs terres arables. Cette obligation est remplacée par une simple diversification.

Davantage de flexibilité

Pour la couverture des sols durant les périodes sensibles (BCAE 6), il est donné aux États membres plus de flexibilité pour décider quels sols à protéger et pour quelle saison sur la base des spécificités nationales et régionales. Quant à la suppression de l'obligation de maintenir la stabilité des surfaces consacrées aux prairies permanentes (BCAE 1, 2 et 9) elle a été avalisée par les ministres de l'Agriculture lors le leur précédente réunion en février dernier. Cette exigence n'était plus tenable en raison du déclin du cheptel bovin européen.

La proposition de la Commission d'exempter des contrôles et des pénalités les petites exploitations de moins de 10 hectares a également été adoptée. Selon Bruxelles cette disposition concerne 65 % des bénéficiaires de la PAC, mais seulement 10 % des surfaces à l'échelle européenne.

En outre, et pour faire face à des conditions météorologiques imprévues, les États membres pourront accorder aux agriculteurs des dérogations s'ils ne sont pas en mesure d'implanter telle ou telle culture à la date prévue. Enfin les États seront également autorisés à modifier leurs plans stratégiques deux fois par an au lieu d'une seule fois jusqu'à présent.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole