Aller au contenu principal

Les partenariats se sont multipliés au SIA.

Le salon permet d’officialiser des partenariats et de lancer des campagnes de communication. La visibilité est alors au maximum.

De gauche à droite : Jean-Charles Deschamps, président Natup, Michel Biero, directeur exécutif achats et marketing LIDL France et Laurent Boivin, compte-clé du groupe Bigard.
De gauche à droite : Jean-Charles Deschamps, président Natup, Michel Biero, directeur exécutif achats et marketing LIDL France et Laurent Boivin, compte-clé du groupe Bigard.
© ©D.R
Au salon international de l’agriculture, il y a la vitrine, proposée aux visiteurs avec les animaux, les animations, qui sert aussi à la profession pour recevoir les hommes politiques ou l’administration dont c’est toujours le défilé incessant au cours des neufs jours. Mais le salon, c’est aussi l’occasion de sceller des partenariats, de faire des annonces, de lancer des campagnes de communication.
PLUSIEURS EXEMPLES
Premier exemple, au niveau national. Cette année, l’interprofession bovine a lancé sa campagne « soyons flexitariens » où en gros, on propose au consommateur de ne pas consommer davantage de viande, mais moins et de meilleure qualité. Le visiteur a même pu cette année suivre un cours de fitness sur le stand ! Deuxième exemple, au niveau local. Mercredi, sur le stand de Lidl, un nouveau débouché s’est concrétisé pour les éleveurs adhérents de Natup (ex Cap Seine). Olivier Leroux, président de la section bovine de la coopérative, a signé avec les représentants de Lidl France et de la Socopa du Neubourg, un contrat tripartite,en exclusivité, « gagnant,gagnant, gagnant », comme ill’explique.
Ce nouveau contrat va permettre d’approvisionner en viande de race normande tous les magasins de Normandie dans un premier temps, puis de l’Ile-de-France, soit 300 magasins sur les 1 500 que compte le distributeur allemand. « Pour l’éleveur, cela lui garantit un débouché et un revenu supplémentaire. Pour le consommateur, cela lui garantit une viande locale de qualité car contrairement aux idées reçues, Lidl a beau être un hard-discounter, il fait de plus en plus de qualité ». La bonne nouvelle va concerner 120 à 150 éleveurs de Seine-Maritime et de l’Eure déjà répertoriés. La gamme comporte trois références de hachés et quatre références de piécés. A noter l’utilisation d’un packaging innovant : le tray-skin. Le produit est déposé sur une barquette inférieure noire rigide, mis sous vide afin de prolonger la maturation.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole