Aller au contenu principal

Les mesures du plan de résilience agricole.

Pour atténuer les effets de la guerre en Ukraine sur l'économie française, le Premier ministre, Jean Castex, a dévoilé le 16 mars, un plan de résilience. L'agriculture et l'agroalimentaire sont concernés, au premier rang desquels les éleveurs.

© © CAPTURE TWITTER

Réduire les dépendances françaises et aider les entreprises à affronter les conséquences économiques de la guerre en Ukraine, tel est le double objectif du plan de résilience annoncé par le Gouvernement le 16 mars. D'un montant global estimé à environ 30 milliards d'euros, il vise « à sortir intégralement du pétrole et du gaz russe d'ici 2027 », a indiqué Jean Castex. Il entend aussi, à travers un ambitieux train de mesures, assurer la « souveraineté technologique et alimentaire » de la France, a-t-il ajouté. Le chef du Gouvernement attend que les ministres lui fassent « rapidement » des propositions « pour trouver des sources alimentaires alternatives », a-t-il souligné. Mais c'est tout d'abord sur le volet énergie que l'Exécutif entend porter l'effort. Ainsi, les entreprises agroalimentaires, qui consomment beaucoup de gaz et d'électricité et qui justifient d'une augmentation de leur facture énergétique d'au moins 40 % et dont la charge représente 3 % du chiffre d'affaires, pourront prétendre et émarger à une enveloppe prévue dans le plan de résilience. Cette aide de 400 millions d'euros concerne notamment les sucreries, les maraîchers, les fabricants d'engrais, les producteurs de volailles, de porcs, etc. « Nombreuses sont les entreprises agricoles et agroalimentaires à répondre à ce critère de 3 % », a assuré le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie.  Le Premier ministre a précisé que « cette aide, sur une période de 4 mois, va permettre de compenser les pertes jusqu'à l'aboutissement de négociations commerciales ». De même, le Gouvernement envisage de rembourser par anticipation, aux agriculteurs, la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) de 2021. Il prévoit aussi un acompte de 25 % sur celle de 2022.

 

NEGOCIATIONS COMMERCIALES

Les réactions n'ont pas tardé après les annonces gouvernementales. Le président de la Coopération agricole, Dominique Chargé, « salue particulièrement l'attention portée aux filières d'élevage, à la prise en charge partielle des surcoûts du gaz et de l'électricité et à la prise en compte des problèmes de trésorerie, à la fois pour les exploitations agricoles et les entreprises ». Comme la FNSEA, Dominique Chargé souhaite «  rouvrir les négociations commerciales que nous avons appelées de nos voeux compte tenu de l'inflation subie par les entreprises ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole