Aller au contenu principal

Les médecines vétérinaires alternatives dans la controverse réglementaire.

Dans un contexte de réduction des antibiotiques, homéopathie, aromathérapie, phytothérapie, ostéopathie ou encore acupuncture ont trouvé leur place dans les fermes. Les vétérinaires spécialisés dans chacune de ces médecines dites alternatives transmettent leurs connaissances aux éleveurs. Ces derniers restent néanmoins contraints par un cadre réglementaire strict imposé aux substances à base de plantes.

De plus en plus d’agriculteurs se tournent vers
des médecines alternatives comme l’homéopathie, l’aromathérapie ou l’ostéopathie pour soigner leurs animaux.
De plus en plus d’agriculteurs se tournent vers
des médecines alternatives comme l’homéopathie, l’aromathérapie ou l’ostéopathie pour soigner leurs animaux.
© STOLEAR
Élodie Stoléar y croit dur comme fer. Vétérinaire libérale diplômée en ostéopathie, acupuncture, homéopathie et phytothérapie, elle n’envisage plus son métier autrement. « J’ai exercé pendant deux ans en tant que vétérinaire classique en Belgique. Je me suis vite sentie limitée. Très rapidement, j’ai eu envie de développer mes connaissances », explique-t-elle. Aujourd’hui, elle traite des vaches, des veaux, des brebis ou encore des chevaux sur la base des connaissances acquises lors de spécialisations ces dernières années. « Je suis souvent appelée pour des cas désespérés, lorsqu’on a tout essayé en médecine vétérinaire classique et qu’on pense qu’il n’y a plus rien à faire pour l’animal. J’utilise beaucoup l’acupuncture en complément de l’ostéopathie pour refaire circuler l’énergie dans les méridiens impactés », ajoute la vétérinaire. L’homéopathie, aujourd’hui menacée de déremboursement, est à son sens, une méthode très efficace.« J’utilise aussi des bourgeons de plantes (ndlr : gemmothérapie) qui ont la particularité d’agir très vite, des hydrolats et des fleurs de Bach pour tous les maux en lien avec l’émotionnel des animaux. En dernier recours, je propose des huiles essentielles, assez concentrées, à utiliser avec modération car elles peuvent causer des désagréments au foie », ajoute la vétérinaire basée dans les Pyrénées-Atlantiques.
UNE APPROCHE GLOBALEDES SYMPTÔMES
Depuis un peu plus de trois ans, face à une demande crois croissante de la part des éleveurs, le GDS du Rhône met en place des formations en médecines alternatives. « Nous nous sommes rendu compte qu’il y avait un réel besoin d’informations et de compétences. Dans le département, nous faisons appel à deux vétérinaires spécialisées», explique Perrine Matrat, vétérinaire conseil au GDS 69. Claudine Fouquet, l’une d’entre elles, se déplace depuis six ans dans plusieurs autres départements de la région : Allier, Loire, Puy-de-Dôme, Cantal. « Lors d’une session de formation, je prévoisun gros module sur le volet délicat de la réglementation (voir plus bas), une partie sur les précautions à prendre, notamment en aromathérapie où l’on est exposé à des doses très concentrées d’huiles essentielles. On regarde ensuite pathologie par pathologie quelle est la meilleure méthode pourla prévenir et la guérir », explique Claudine Fouquet. « Je ne prêche pas uniquement pour ces médecines alternatives. Il y a des fois où les deux sont complémentaires. L’important, c’est de mettre le doigt sur l’origine du problème », estime-t-elle. Les médecines douces, pourtant opposées à la médecine conventionnelle, séduisent aussi des vétérinaires formés uniquement à l’approche allopathique selon laquelle les médicaments doivent produire les effets contraires à ceuxde la maladie à combattre. Ce qui n’est pas le cas pour l’homéopathie basée sur le principe que pour combattre une maladie, il faut absorber des substances qui provoquent les mêmes symptômes. « Au boutde trente d’ans d’exercice, je suis persuadée que traiter symptôme par symptôme n’est pas la bonne solution. Ce qui me plaît dans l’approche homéopathique, c’est son approche globale qui prend en compte tous les symptômes. On va plutôt être dans une posture de traitement préventif, davantage aller chercher une cause commune à plusieurs maux », affirme la vétérinaire.
UNE RÉGLEMENTATIONÀ FAIRE ÉVOLUER
La réglementation qui s’applique à certaines médecines alternatives comme la phytothérapie et l’aromathérapie, est néanmoins stricte et son utilisation encadrée. Dès lorsqu’une plante ou une huile essentielle est destinée à avoir un effet curatif ou préventif, elles tombent sous le coup de la médecine et sont donc considérées comme des médicaments à part entière. Ce qui implique systématiquement une autorisation de mise sur le marché (AMM) et une prescription obligatoire de la part du vétérinaire. Cela pose, d’une part, la question de l’automédication mais aussi la possibilité pour les vétérinaires de prescrire une plus large gamme de plantes légalement. « Les médicaments avec AMM sont peu nombreux même si certains à base de plantes sont autorisés aujourd’hui. Cela est dû à un manque de connaissances concernant la limite maximale de résidus (LMR),un indicateur qui permet de déterminer la durée nécessaire à l’animal pour assimiler les substances pour qu’il n’y ait plus aucune trace dans la viande ou dans le lait propre à la consommation », regrette Laurence Mercier, vétérinaire spécialisée en phytothérapie à Embrun. « On est pris entre deux feux. Soit on considère la phytothérapie et l’aromathérapie comme de simples compléments alimentaires et dans ce cas n’importe qui peut aller se servir auprès des groupes pharmaceutiques. Soit on voit plus loin et la réglementation doit évoluer », estime Claudine Fouquet. Dans le cadre de la révision du règlement européen relatif aux médicaments vétérinaires, la France est en négociations avec le Conseil européen. L’Itab, l’institut technique de l’agriculture biologique a élaboré une listede 223 plantes à usage thérapeutique en élevage pourqu’elles puissent être utilisées sans AMM ou temps d’attente et en automédication.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole